Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, janvier 10, 2018

Renouveau

    Renouveau de la tapisserie depuis les années 80 au centre culturel de Saint-Lô, qui porte le nom significatif de Jean Lurçat.






 La première à entrer au musée fut L'Univers marin, de Jean Picart Le Doux (1902-1982),
grâce à l'abandon de ses droits par l'artiste qui avait seulement laissé à la charge de  la ville le coût du tissage par l'atelier Hamot à Aubusson.
Lien ici .



    C'et grâce à une subvention du Fonds régional d'acquisition des musées que fut achetée l'oeuvre de Jean Lurçat, Nadir et les pirates (Carton de 1951-1952représentant le chien afghan préféré de  l'artiste (1892-1966).


















     La tapisserie ci-dessous a été choisie pour devenir la bannière de l'association des amis des musées municipaux.






Des oeuvres majeures furent acquises plus tard,  très représentatives du style de Lurçat, notammant  
l'hallali, d'après un carton de 1941-1944, symbolisant la mise à mort de la France par l'Allemagne nazie.







...................................................................................................................................................................
Lien ici 
         et  (MBA saint-Lô)
................................................................................................................................................................

Source:
Art de Basse Normandie, numéro 124, 4ème trimestre 2001, Histoire des collections du  musée des beaux-arts de Saint-Lô.

19 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    A la première image j'ai reconnu les tapisseries d'Aubusson!
    Le Creuse vient chatouiller la Normandie..
    Très belle journée, A +

    RépondreSupprimer
  2. Elles sont fabuleuses !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai eu un poster d'une tapisserie de Luçat, c'était un magnifique coq.

    RépondreSupprimer
  4. j'ai eu la chance de passer à Aubusson en août 1971 !

    RépondreSupprimer
  5. j 'ai vu une immense exposition de lurçat à aubusson .. ne me rappelle plus l'année...des très grandes pièces ! bises

    RépondreSupprimer
  6. de belles toiles
    j'ai une petite préférance pour la dernière que je trouve chouette

    RépondreSupprimer
  7. Superbe! Comme j'aimerais voir tout cela de plus près.
    Cela me rappelle côté lecture "La Dame à la licorne" peut-être l'as-tu lu? J'avais aimé à l'encontre du livre de Goetz "intrigue à l'anglaise."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu reviens en. normandie, une petite visite au musée?
      Non, je ne l’ai pas lu.
      Les licornes 🦄 ont été à l’honneur au musée , l’été dernier, j’aurais pu en profiter pour le lire.

      Supprimer
    2. Mais j’ai lu « intrigue à l’anglaise »

      Supprimer
  8. "La chouette et son ombre" peut-être ma préférée mais j'aurais du mal à choisir... mais je n'aurais jamais le choix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Nadir et les pirates" est celle qui ressemble le plus à ma tapisserie (aussi belle à l'endroit qu'à l'envers : j'étais très méticuleuse)

      Supprimer
    2. Elle était de grandes dimensions ?

      Supprimer
    3. 64 X 79 cms.
      Pendant les vacances c'était une fois tricot (pour moi, ma tante, mon père...), une fois broderie ou tapisserie puis on recommence. Maintenant c'est trois ou quatre fois petit pull pour Madame Zouzou (oups) une fois pull pour la petite P etc...

      Supprimer
  9. Peut-être que la tapisserie est moins pratiquée dans les familles ? J'en ai fait pas mal, dont une inspirée de Lurçat (Dont le c perd sa cédille en majuscule, comme nous avons perdu l'accent sur le e de notre nom de famille, du moins nos enfants. Notre plus jeune va tenter de le récupérer pour le transmettre à sa fille (courriel à suivre)

    RépondreSupprimer
  10. Lorsque notre cousine de Californie est passée nous voir en octobre, elle nous a montré une tapisserie que son père avait réalisée ; j'aurais dû la photographier elle était faite joliment quasi au point de Bailleux lors d'une rééducation. Je n'aurais pas imaginé qu'il en était capable...

    RépondreSupprimer
  11. Réponses
    1. Je vais demander une photo de la tapisserie à Miche.

      Supprimer
  12. Curieusement, avec ses cornes et ses sabots fendus l'animal traversant la claire-voie située en face de celle de Nadir, dissimulé dans les feuillages, ressemble trait pour trait à un taurillon. Les pirates seraient donc les papillons ? mais je n'ai rien trouvé dans ce sens...

    Tout aussi curieusement, si je connaissais bien le nom et pas mal de tapisseries de Jean Lurçat, par contre j'ignorais totalement Jean Picart Le Doux et son œuvre. Merci pour la découverte.
    Leurs deux styles sont assez proches et pour l'instant pas encore faciles à démêler pour moi.

    RépondreSupprimer
  13. Ils ont eu en commun les mêmes ateliers, une thématique tournée vers la nature, ce qui rapproche les feux styles mais la dèmarche de Lurçat a été plus engagée que celle de Jean Picart Le Doux ( du moins à ma connaissance)
    Ce qui ecplique peut-être aussi le choix des couleurs : des fonds souvent très sombres chez Lurçat ( encore que cela dèpende des périodes) , une tonalité plus claire chez Jean Picart le Doux.
    Je dirais que l’un est nocturne,lunaire, l’autre diurne et solaire, d’après les tapisseries présentes au musée.

    RépondreSupprimer