lundi, septembre 21, 2020

Quand je serai grand...

... je serai brocanteur, Régis Perray, au Radar.


                                                "  Les fantômes fleuris"

 Ils sont réalisés à partir de photographies dont l'artiste projette les images sur des lés de papier peint à motifs fleuris.

-Les petites fleurs étant d'ailleurs le point commun aux objets collectés, qu'il s'agisse de dentelles, tableaux, vinyles -


 L'intérieur des silhouettes  est ensuite  poncé, dégageant les contours des personnages qui apparaissent ainsi dans l'effacement.

Le grattage de la pellicule de papier peint révèle le blanc, dans un effet fantomatique.


Réflexion sur la représentation de soi et d'autrui, sur l'éloignement, la disparition des êtres, via le filtre du passage du temps et du souvenir.

"Morts. Nos grands et nos proches ne se retournent jamais dans leur tombe. Ils sont bien heureux que l'on parle d'eux."
"Ciel. Je n'irai pas au ciel, je veux rester sur terre. Sur l'herbe des prés, dans la tourbe des marais, dans l'eau de la Loire et de l'Atlantique."

15 commentaires:

  1. Tiens un sujet qui fait penser au mien d'aujourd'hui...
    Et ces ombres apparaissant dans l'effacement c'est un peu comme dans le Voyage de Chihiro de Miyazaki qui joue sur la mémoire (tant que Chihiro ne se souvent pas de son nom elle n'est pas libre) et les ombres, à la fin la jumelle de la sorcière Yubaba, Zeniba, dit "On n’oublie jamais ce qu’il s’est passé. On ne peut simplement pas s’en souvenir". Remarque que je trouve très vraie

    RépondreSupprimer
  2. (Magnifique photo de la "Merveille" dans son environnement)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Une belle visite début septembre.
      Nous n'y étions pas allés depuis le début des travaux d'aménagement.
      Une bonne surprise: le tarif du parking (au début scandaleusement élevé )avait diminué !

      Supprimer
  3. Le motif des "petites fleurs fait penser à un retour à la terre, à la nature de ces silhouettes.

    RépondreSupprimer
  4. Ponçage de papier peint, voilà une idée à explorer pour toi l'artiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A adapter sur un petit format (en grattant avec une lime à ongle en carton?)car je ne me vois pas poncer.
      "Je ponce , donc je suis "?

      Supprimer
  5. j'aime ces fantômes des traces de vie comme des failles dans le souvenir

    RépondreSupprimer
  6. Cela me branche moins que les portraits précédents et j'ai bien aimé le son du carillon.

    RépondreSupprimer
  7. Ah poncer poncer ! C'est ce que j'ai fait pour donner une seconde jeunesse au bureau de la Petite P que sa soeur lui passé. A l'origine il avait été acheté chez Emmaüs, ma fille ne se souvient plus s'il avait coûté 5€ ou plus. Il était rose fuchsia et blanc, à présent il est blanc meringue satiné et beaucoup plus léger. Auparavant j'avais aussi décapé pour enlever l'emplâtre de peinture. Maintenant je veux attaquer notre table basse de salon qui était à l'origine une table de cuisine toute simple dont nous avons coupé les pieds. Elle sera peut-être vert provençal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. très joli, le vert provençal! Avec quelques fleurs, style naïf provençal ?

      Supprimer
  8. Tu m'as donné envie de regarder s'il y a des cours d'italien à CErgy. Il y en a mais qui ont commencé début septembre. Je ne suis pas sûre de pouvoir y assister avec assiduité tous les samedis matins, surtout qu'ils seront peut être interrompus sécurité oblige. Je me suis attaquée à l'apprentissage avec la méthode Assimil. Pas mal même si moins convivial.
    Salve, Miss !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai débuté comme cela.
      Avec un livret.Je l’ai encore.
      Je ne me souviens plus s’il y avait des cassettes -obsolètes à présent.

      Supprimer
  9. Salve Signorina_Iva !

    RépondreSupprimer

Dior, accords (1)

                                                             Christian Dior Itinéraire d'un couturier   "La maison se dressait sur ...