Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, octobre 07, 2010

Fenêtre ouverte








Qui pourrait imaginer que ce chat funambule , qui prend ses aises , déambule sur une planche et prend le frais sous un buisson, foule un haut- lieu littéraire: l'Hôtel Grandval-Caligny, à Valognes ,32 rue des Religieuses, où à partir de l'automne 1871,et jusqu'en 1887, Jules Barbey d'Aurevilly loua un appartement avec quatre vastes pièces-Celle dont la fenêtre est ouverte est au-dessus de la chambre qu'il occupait.
Il couchait dans le lit de son père et avait placé sur la cheminée le fameux buste jaune qui avait troublé son coeur d'adolescent

C'est dans cette demeure qu'il mettra au point Les Diaboliques. Il évoquera dans ses Memorandum le mode de vie qu'il mène à Valognes,"la ville des spectres","la ville adorée"ainsi que ses souvenirs, ses impressions, ses pensées.

L'écrivain avait, par bail , jouissance du beau jardin à la française, à condition d' en respecter l'ordonnance.
Il y fit planter trois cents pieds de rosiers, et l'on peut rêver à leur parfum en respirant les roses d'aujourd'hui...


Quant au chat-non pas baudelairien, mais aurevillien-il évoque une lettre de Barbey , datée du 8 novembre 1887 à sa fidèle Louise Read:
"Caressez pour moi mes* deux chats . Cela vous fera autant de plaisir qu'à moi. J'ai envie de voir leurs figures quand je reviendrai, mais je ne crois pas beaucoup à l'âme de Démonette. C'est la vôtre que vous lui mettez dans le corps, quand vous imaginez qu'elle pense à moi"

*Démonette et Kroumir

Déclaration d'amour par chats interposés?

Celle-ci, expurgée , mais citée dans sa version initiale par Michel Pinel dans son ouvrage, Barbey d'Aurevilly, le scandaleux, est plus explicite:

"Adieu, je vous laisse entre les deux pattes de la chatte"(version épurée)
"Adieu, je vous laisse entre les deux pattes de la chatte, n'ayant pas l'honneur d'être votre matou (version intégrale)
.......................................................................................................................................................................

9 commentaires:

  1. Beau bâtiment, beau parc, et belle invention pour laisser passer le chat comme il le souhaite. Ferme-t-on la fenêtre pour la nuit et quand il pleut?

    RépondreSupprimer
  2. *** Merci Miss_Yves pour cette fenêtre ouverte sur la découverte ! :o) et j'aime cette déclaration d'amour par matous interposés ! :o) BISES et bon jeudi à toi Miss_Yves ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  3. Jolie demeure, belles fenêtres, beau jardin et des histoires de chats qui me flattent ce matin, qui me carressent l'échine.

    RépondreSupprimer
  4. Quelle envolée!!!!!
    De toi cela ne saurait surprendre tu es coutumière du fait.
    Très bien... A +

    RépondreSupprimer
  5. un message absolument sublime tant par les images que le contenu culturel. Merci Miss-yves , moi qui ai été dans les cartons la poussière, la folie parisienne....ça me fait du bien!

    RépondreSupprimer
  6. Merci de cette pièce de l'histoire
    littéraire! Et le chat? Il ne le sait pas, mais il peut marcher où il voudra, sans gêne.
    La lettre de Barbey est aussi très belle, écrite par un homme qui aime ses chats.
    Bonne fin de la semaine, chère Miss Yves.

    RépondreSupprimer
  7. Et les femmes,
    et son amie Louise Read,
    chère Reader Will

    RépondreSupprimer
  8. Oh, what a beautiful house, set in a beautiful garden!

    RépondreSupprimer
  9. C'est terrible le blog : me voici à feuilleter ton récit en partant par la fin de plus tu ne peux penser à ménager tes effets tu ne sais à l'avance quelle sera la dernière page ouverte chacune à tour de rôle occupant cette place
    Je me demandais en quelle ville était cet hôtel et je sais à présent quoique je ne sache pas exactement où se trouve Valognes.
    Nous voici donc dans les lieux en étant passés par la fenêtre...

    RépondreSupprimer