Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, janvier 29, 2010

Sous les toits de Paris


Ces toits-ci n'abritent pas les midinettes, les amoureux , seuls au monde ou malheureux,
comme dans les refrains populaires, les chansons de Prévert et Kosma, ou les films de Marcel Carné.
Même s'ils ne sont pas d'origine, leur élégante allure Renaissance fait plaisir à voir, quelle que soit la couleur du ciel .

mercredi, janvier 27, 2010

Que c'est beau, la photographie !





Samedi 26 décembre 2009
Beaucoup de promeneurs avaient dû trouver , dans leurs petits souliers, un appareil photo!

mardi, janvier 26, 2010

Colonnes à la une

Petite documentation sur les

Colonnes Morris
à l'intention d' un correspondant mail artiste qui s'intéresse à ce type de mobilier urbain .

 
Lu sur Insecula :
"Ces colonnes portent le nom de leur premier concessionnaire en 1868, l'imprimeur Morris. Refaites dans un style assez fidèle au modèle original, le nouveau mobilier urbain est éclairé et renferme parfois des toilettes publiques. La plupart des colonnes Morris sont rotatives. Elles servent exclusivement à la promotion de films ou de spectacles.
"


Une balade à Paris au moment de Noël m'a donné l'idée de les regarder d'un oeil nouveau et j'ai pu constater que bien peu de ces édicules présentaient ce que l'on appelle le "spectacle vivant" :beaucoup de films ...le plus souvent grand public et à gros budget sont à l'affiche .



De recherche en recherche, de journal en journal, j'ai eu vent de la polémique provoquée par le projet , en 2006 du maire de Paris, M.Bertrand Delanoë de détruire 223 colonnes Morris, pour « désencombrer l'espace public ».

Les associations de défense de ces monuments patrimoniaux posent une question:

-Ces constructions ne contribuent-elles pas à l'image de la capitale, tout comme les fontaines Wallace et les entrées de métro édifiées par Emile Guimard ?

Elles soupçonnent des choix publicitaires financiers plus rentables que ceux dédiés aux arts de la scène .

Eh oui..
Sans les entrées de métro, authentiques ou refaites à l'identique, que serait le charme de Paris ?

lundi, janvier 25, 2010

dimanche, janvier 24, 2010

Roule, galette !


"Je suis la galette, la galette, la galette/
Je suis faite avec du blé/
Ramassé dans le grenier/
On m'a mise à refroidir/
Moi galette, moi galette/
On m'a mise à refroidir/
Mais j'ai mieux aimé courir/
Attrape-moi, si tu peux..."/

Roule Galette (Père Castor, Flammarion)

Petit assortiment de fèves .
Signe des temps, l'enfant Jésus est depuis belle lurette supplanté par des figurines décoratives profanes: fer à cheval, dés, animaux, gâteaux ...
Il se voit voler la vedette par les personnages (absents sur la photo ) inspirés des studios Disney.

A eux la galette !

vendredi, janvier 22, 2010

Sous le ciel de Paris

Après avoir longtemps
flâné, piétiné,

marché-non pas dans la boue-
mais dans la neige,

être revenue en arrière sur mes propres traces,
pratiquant une démarche boustrophédon


cette fois-ci , je tourne la page, avec une dernière photo

pour revenir sur le mois de décembre
et la suite de ma balade parisienne.

Sous le ciel de Paris


s'envole
la Victoire de la fontaine du Palmier, place du du Châtelet

jeudi, janvier 21, 2010

Blanc de blancs

Banc tout blanc...
Laisser un blanc...

...comme sur une page blanche.


(Photos prises début Janvier)

mardi, janvier 19, 2010

lundi, janvier 18, 2010

Dépaysement

Il est double, puisque, fin décembre 2009 et mi-janvier 2010 la neige a imprimé aux collines du pays saint-lois un air quelque peu montagnard .
Aussi cette jolie maison de style américain, avec sa vaste véranda paraît -elle doublement transplantée.



Les normes de construction paraissent beaucoup plus souples que dans les années 80 où le respect de l'habitat local était impératif .
J'ai le souvenir d'exigences , dans les lotissements, concernant la disposition des panneaux de barrières-obligatoirement dans le sens vertical-et l'unité de la teinte des façades: "couleur dune de sable mouillé "

Actuellement, différents styles coexistent-cohabitent- et les maisons en bois, dites écologiques- fleurissent .
Visiblement, cette vaste demeure est en PVC.
Que penser de ce mélange de genres ?

dimanche, janvier 17, 2010

Pour en finir avec la neige


...Qui ne sera plus bientôt qu'un souvenir,
catastrophique pour ceux qui ont subi des dommages,
délicieux pour les enfants, les flâneurs bien équipés ou les chasseurs d'images .
Parmi ma moisson, encore quelques clichés.

samedi, janvier 16, 2010

Lectures hivernales au coin du feu (1)




Quand on reste quasiment bloqué à regarder tomber la neige - situation inhabituelle en Normandie- quoi de mieux qu'un bon livre à dévorer au coin du feu ?
Retour en arrière- le dégel venu- avec la sélection de mes étrennes:

-La Batrachomyimachie, auto parodie d'Homère, traduite par Philippe Brunet
-Des Papous dans la tête, les décraqués , anthologie de l'émission radiophonique consacrée aux exercices oulipiens .
-Les mots migrateurs, les tribulations du Français en Europe, de Marie Treps (Seuil) ou comment le Français , a laissé des traces en Europe au cours des siècles, selon les événements religieux, culturels, politiques, au gré des contacts guerriers , diplomatiques ou commerciaux. Domaines les plus fréquemment marqués: vocabulaire militaire ou administratif ,la politique, la gastronomie, l' architecture, théâtre, mode, bonnes manières et ...galanterie .
Même si les clichés ne sont pas évités, c'est le regard de nos voisins européens sur les Français qui se dessine , regard parfois goguenard et critique .
-La Néologie de Louis Sébastien Mercier, texte établi, annoté et présenté parJean-Claude Bonnet (Belin) une oeuvre qui couronne l'entreprise néologique des lumières , un document exceptionnel dans l'histoire de la langue française.

Deux romans:
-Un fauteuil au bord du vide , d'Alexis Salatko (L.P.)
-Le secret des Appalaches, de Vicki Lane (j'ai lu)

Parée pour ...hiberner!

vendredi, janvier 15, 2010

Gloriette


Peu glorieuse/
dans le jardin enneigé , /
Ni fleurs, ni romarin /
Ni feuillage odorant .

Sa structure épurée
filtre /
la gloire /
du soleil couchant.
.
Miss Yves

lignes



La neige persiste et signe
Elle dessine des épures dignes
d''artistes calligraphes.

(photo prise le 11/01/10)

jeudi, janvier 14, 2010

Sphinx des neiges

Ces statues d'Etienne Rebuffet décorent l'entrée du lycée Le Verrier, quasi désert ce vendredi 7 janvier 2010,
la neige ayant empêché tout ramassage scolaire, (interdiction préfectorale) et ce, jusqu'à aujourd'hui mardi 14 janvier.

mercredi, janvier 13, 2010

Illusion d'optique

Ceci n'est pas
...une rangée de stalactites
mais
une rangée d'ampoules électriques.

la preuve:
En revanche, voici de véritables stalactites: