Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mardi, mai 03, 2011

Le corsaire à la jambe de bois

Comme dans un bon vieux roman d'aventures, ce personnage à l'allure héroïque, malgré sa mutilation, s'apprête à défendre la haute ville et le port.

Statue du
corsaire
 Georges Pléville-Lepelley. 

Très développée sous Louis XIV  (  70 corsaires à Granville à la fin du XVIIème S), la "course"aux pirates et aux ennemis pratiquée par les corsaires, signée par les autorités au nom du roi, a continué au siècle suivant et a  duré jusqu'en 1812.

12 commentaires:

  1. Jolie statue ! Héroïque ce corsaire, mais c'est des coups à se retrouver cul de jatte !

    RépondreSupprimer
  2. dans la maison de Hugo à Guernesey, il a plusieurs coffres de corsaires!

    RépondreSupprimer
  3. A l'abordage, sable au clair...
    Claude me fait rire avec ses com' elle ne peut pas mieux dire, j'ai souvenir d'un capitaine(?)qui les deux jambes fauchées par un boulet se fit mettre dans un tonneau rempli de son pour continuer à diriger le combat...
    A + :))

    RépondreSupprimer
  4. Daniel: digne du "sacré Graal "des Monty Python que j'ai revu hier soir!

    RépondreSupprimer
  5. Ah que ferait-on sans Claude?

    Le mot "corsaire" devrait se payer une nouvelle définition dans les dictionnaires vus ceux qui courrent les mers de nos jours dans certaines régions du globe.
    P.S. Il me faut vraiment m'y mettre à regarder les Monty Python que je n'ai jamais eu l'occasion de regarder, plus jeune! et j'ai du mal... bon c'est là de la petite histoire.

    RépondreSupprimer
  6. Quelle détermination, bien rendue par ce mouvement figé de la statue !!!

    RépondreSupprimer
  7. avec une jambe de bois tu es plus sur la défensive que sur l'attaque

    RépondreSupprimer
  8. On pourrait redémarrer une nouvelle chaîne sur la flibuste quoique cela ne soit pas à confondre avec les corsaires. C'était un débouché pour la jeunesse comme l'armée mais on y payait de sa personne et n'y faisait pas de vieux os.
    N'as tu pas été impressionnée à Versailles par les bustes et le destin des grands hommes ?

    RépondreSupprimer
  9. Cergie: le portrait de Pléville-lepelley figure, précisément à Versailles , d'après une de mes sources-mais je ne l'ai pas vu -Destin dont ces grands hommes ont été les artisans avisés!

    RépondreSupprimer
  10. C'est une très belle statue, très vivante, qu'elle soit vue de face ou de dos, ça rappelle les histoires des pirates et de Peter Pan; merci pour le partage!

    RépondreSupprimer
  11. Les corsaires sont fascinants.

    RépondreSupprimer