Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, septembre 03, 2011

Il Capitano Fracasse- Jardin des enfeus .Journal de festival, Sarlat


d’après Théophile Gautier
 .........................................................................................................................................................
(Brochure du festival des jeux du théâtre de Sarlat)
Texte et mise en scène : Jean-Renaud Garcia
Avec Norbert Ferrer, Albert Bourgoin, Eric Chantelauze, Emmanuel Dechartre, Marine Gay, Frédéric Guittet, Patrick Hauthier, Yvon Martin, Zoé Nonn, Marie Cuvelier, Patrick Simon…
Association EATS - ThéâtreT 
Théophile Gautier est né à Tarbes le 31 août 1811. On célèbre donc cette année le bicentenaire de sa naissance. « Le Capitaine Fracasse », édité en 1863, eut un immense succès, qui ne s’est pas démenti depuis.
En1630, sous le règne de Louis XIII, une troupe de comédiens répète un nouveau spectacle. Par une nuit d’orage, le baron de Sigognac les accueille dans son château misérable et décide de les suivre dans leurs pérégrinations et leurs aventures, prenant la place du défunt Matamore dans la troupe. Il devient alors le Capitaine Fracasse. A partir de ce roman populaire, Jean-Renaud Garcia a créé un grand divertissement de cape et d’épée où la musique, le chant et l’escrime à l’ancienne occupent une place prépondérante. Les comédiens chantent, improvisent et manient la rapière avec la rapidité impressionnante des combats de l’époque. Ils sont accompagnés par des instruments du XVIIè siècle, vielle à roue, sacqueboute, luth, théorbe, cornemuse… Une troupe de comédiens ambulants restitue la magie du théâtre de 1650.
...................................................................................................................................................................
 Jeudi 28 juillet 2011
De tous les spectacles vus cette année, c'est, pour moi,  le plus esthétique, le mieux réglé dans l'occupation de l'espace par les 12 comédiens , dans un jeu plein d' allant  et d'  allégresse.




Une fois de plus, le jardin  des Enfeus, s'est avéré idéal pour ce genre de spectacle, baroque et chevaleresque .Idéal aussi pour  différents lieux de l'intrigue  : le coin du feu du vieux château délabré, une salle d'auberge (qui rappelle celle de Ragueneau dans Cyrano de Bergerac), un  théâtre improvisé et  des lieux indéterminés où  se passent la mort dans la neige de Matamore, son inhumation dans une fascinante descente à la verticale , un extraordinaire et poétique  duel "au ralenti".




C'est une première version du Capitaine Fracasse que Jean-Renaud Garcia a adaptée, dans l'esprit du Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand ,   en répliques alexandrines ( c'est-à dire en alexandrins  irréguliers) ce que souligne plaisamment Dame Léonarde, campée avec beaucoup de truculence par la comédienne  Claire Maurier  .

 Son époux et  metteur en scène a  simplifié  l'histoire initiale, mélodramatique et rocambolesque à souhait  pour la centrer sur la vie d'une troupe de comédiens ambulants du XVIIème siècle, à la manière du Roman comique de Scarron. Ainsi  , dans cette optique dramatique et esthétique ,  le personnage émouvant de la petite gitane Chiquita , qui sauve Isabelle des griffes de l'odieux duc de Vallombreuse a -t-il été supprimé, de même que le père de ce dernier. Le théâtre dans le théâtre s'exprime pleinement dans ce divertissement, qui a été suivi et  apprécié par  des enfants .



Au cours de la discussion à Plamon   la différence entre le théâtre de jadis et celui d'aujourd'hui a été notée :   il n'existe plus de troupes (à part , bien sûr la Comédie Française) et la compagnie EATS -Théâtre T nous donne joyeusement et  magistralement  l'illusion d'une   troupe d'autrefois  , unie dans la vie et  sur la scène .

 (ICI, de très belles photos sur le site du / Théâtre 14)

Autre différence , déjà évoquée au cours de la rencontre avec Francis Huster à propos de son Don Juan,(vidéo ici ) la disparition des "emplois", c'est-à- dire des rôles attribués systématiquement aux comédiens  et comédiennes  selon leur âge et leur physique.  Si l'on peut   regretter  la première modification  , on   se réjouira  de la  liberté acquise avec la seconde !



(Photos personnelles.)
Ci-dessous, Jean-Renaud Garcia parle avec flamme de sa mise en scène , sous le regard de Marc-Henri Lamande et de Ludovic Longelin , l' acteur et le metteur en scène de Dieu, qu'ils étaient lourds, d'après Louis-Ferdinand  Céline . (le vendredi 29 juillet )




11 commentaires:

  1. Le Capitaine Fracasse, javais bien aimé le film avec Jean Marais.
    Je suis persuadé que c'est une toute autre dimension en pièce de théâtre version moyen-age...
    A +

    RépondreSupprimer
  2. Beautiful photos. It looks like a great event.

    Darryl and Ruth :)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien le nouveau look de ton blog !
    Merci pour la vidéo du Don Juan !
    Bon dimanche à toi !

    RépondreSupprimer
  4. Merci, Enitram
    A toi aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Réponse(un peu succinte) à ta demande sur Chandler a to z...

    RépondreSupprimer
  6. Il faut dire que le décor ne peut coller mieux avec la pièce.
    Cela fait plaisir d'entendre parler d'une équipe soudée comme celle-ci. Cela me rappelle le documentaire accompagnant le dvd "Les petits mouchoirs" de G. Canet ou l'on sentait bien la connivence entre les acteurs. Il doit y avoir d'autres exemples.
    Tes croquis "mémoire" je n'oserais employer le mot "pense-bête"... sont bien représentatifs et montre que tu croques à toute vitesse.
    Encore un livre à remettre sur mes étagères.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour! En ce qui concerne votre commentaire sur l'antenne de Therese, voir mon blog ici!

    RépondreSupprimer
  8. Bibi, merci!
    C'est curieux, comme coutume , de déguiser les antennes !

    RépondreSupprimer
  9. Thérèse, tu peux employer"pense-bête", j'aime les mots imagés.
    Je n'ai pas vu "les petits mouchoirs"...je dois être une exception...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai tout récemment appris ce qu'était un enfeu... Et à quel escient est utilisé le mot "feu"
    J'aime bien le moment où la troupe salue les spectateurs, ta photo en rend la chorégraphie.

    RépondreSupprimer
  11. Je l'avais prise en mode rafale, sans faire attention!

    RépondreSupprimer