Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, février 02, 2014

Permanence et Métamorphoses (2/2)

Parcours chronologique à rebours dans l'oeuvre de 
Jacques Pasquier
au musée des beaux-Arts de Caen 

1960: Groupe aux papillons jaunes, Jacques Pasquier
au Musée des beaux-Arts de Caen (du 23 novembre au 19 janvier 2014)


Le peintre s'intéresse alors à la figure humaine , nue, désarmée, prise dans un maëlström, cherchant à échapper aux catastrophes, aux  menaces d'assujettissement et aux maux de toutes sortes.


Les tons de gris et  de noir à peine éclaircis de nuances de roses  et de jaunes contribuent au tragique de l'atmosphère.


Les lignes verticales, comme autant de grilles , contribuent à l'impression d'enfermement et de solitude.


.
Citation,
 lien /article
et poème
communiqués par
Thérèse

"Il y a une paroi qui s’appelle l’ignorance.
Il y a une paroi qui s’appelle la connaissance.
Il y a une paroi qui s’appelle l’enfance.
Il y a une paroi qui s’appelle la vieillesse.
Il y a un fond qui s’appelle l’esclavage.
Et le couvercle s’appelle Liberté.
Il faudrait savoir le soulever."
................................................................................................................................................

En avril 1942, à Terezin, Paul Friedman, né à Prague, écrivait :

Le dernier, le tout dernier
D’un jaune tellement brillant, riche, éblouissant.
Si, peut-être, les larmes du soleil chantaient
sur une pierre blanche…

Un tel tel jaune
Est soulevé doucement tout tout là haut.
Il est parti, j’en suis sur, parce qu’il espérait
Pouvoir envoyer un baiser d’adieu au monde

Pendant sept semaines j’ai vécu ici
Parqué dans ce ghetto
Mais j’ai découvert ce que j’aime ici
Les dents-de-lion m’appellent
Ainsi que les blanches branches des marronniers dans la cours
Juste que, je n’ai jamais revu un autre papillon.

Ce papillon était le dernier
Les papillons n’habitent pas ici,
Dans le ghetto.




.........................................................................................................................................................
Merci, Thérèse!
.............................................................................................................................................................
Lien ici
et

20 commentaires:

  1. une très belle exposition! un peu trop loin.... dommage..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes!Tu n'es pas allée aussi loin à l'ouest dans ton "tour de France"

      Supprimer
    2. oui j'étais déjà dans cette belle ville ...mais .. en septembre 2006...

      Supprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    Un artiste qui semble bien tourmenté !
    La première image n'est pas sans nous rappeler le groupe statuaire de Passy que tu publias en sont temps.
    Bon dimanche.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rapprochement judicieux...
      Plus tourmenté dans ses toiles anciennes que dans les toiles récentes

      Supprimer
  3. une belle exposition, Encore de la "morosité" dans les sujets... le désespoir inspire
    beau dimanche et bonnes crêpes Miss_Yves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, à toi aussi.
      Plus de morosité dans les oeuvres de jeunesse que dans celles de la maturité:donc il y a de l'espoir

      Supprimer
  4. Un très beau rendu photographique de cette exposition ! J'aime tout particulièrement la trois et la quatre !!!

    RépondreSupprimer
  5. J'aime la citation de Thérèse qui pointe nos contraintes, nos enfermements mais finalement aussi nos richesses si "le couvercle" n'est pas devenu trop lourd à soulever !

    RépondreSupprimer
  6. Une évolution dans le trait, du chaos vers un trait plus structuré.
    Est ce un auto portrait sur ta dernière photo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un autoportrait, je lui trouve beaucoup de caractère.
      Si tu vois la vidéo et des photos récentes du peintre, tu pourras comparer: plus de bonhomie...

      Supprimer
  7. Encore une exposition que j'aurais beaucoup aime voir... Encore un coup de coeur, cette fois-ci pour "Le groupe aux papillons jaunes." Cela me rappelle le poeme de Pavel Friedman "Un papillon" "The butterfly" en anglais.

    RépondreSupprimer
  8. Intéressante découverte !
    Son autoportrait me rappelle ceux de Courbet

    RépondreSupprimer
  9. Je trouve qu'il maniait plus la couleur dans ses œuvres de jeunesse, la dernière série est plutôt angoissée et presque lugubre sauvée par l'emploi du blanc !
    Je suis allée revoir son site, j'aimais bien ses recherches dans les années 80-2000...
    Dommage, j'ai raté son exposition, décidément j'ai raté beaucoup de choses !!! Merci de ton billet !
    Bon début de semaine !

    RépondreSupprimer
  10. ❀✻❀ ✰ ✰ ✰ ❀✻❀
    Un petit bonjour chez toi chère Miss_Yves !
    Merci de partager avec nous cette belle expo !!!! Belle découverte pour moi !
    GROS BISOUS D'ASIE
    Bonne semaine
    ❀✻❀ ✰ ✰ ✰ ❀✻❀

    RépondreSupprimer
  11. je suis étonnée par les métamorphoses de ses tableaux : au début il peint la vie puis se lance davantage dans une recherche de forme et de couleur, on voit réapparaître furtifs des personnages. J'aime beaucoup et j'y trouve beaucoup de poésie empreinte de mélancolie mais aussi d'espoir dans ses touches de couleurs.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai la réponse à ma question sur le portrait.
    Je trouve très original la présentation de son site.
    Par contre sa peinture pas trop mon style.

    RépondreSupprimer
  13. ❀✻❀ ✰ ✰ ✰ ❀✻❀

    Merci pour ta gentille visite sur mon petit blog ce mardi.

    GROS BISOUS et bonne journée chère Miss_Yves !

    ❀✻❀ ✰ ✰ ✰ ❀✻❀

    RépondreSupprimer
  14. encore un truc........
    ce post est super géant.................

    RépondreSupprimer
  15. J'aime beaucoup ces corps nus qui semblent pétris dans la glaise

    RépondreSupprimer