Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, avril 07, 2016

Ca coule de source (2)

Poursuivons notre promenade, de Guyancourt aux sources de la Bièvre,
 en une autre compagnie  cette fois - avant de retrouver Cergie,  dans le billet suivant .

La rivière  Bièvre tire son nom d'un mot gaulois, brebos , signifiant castor, qui donna en Anglais beaver.
Sans aller si loin, on se souvient que le patronyme Beauvoir (même étymologie) porté par l'auteur du deuxième sexe, était à l'origine du surnom que Jean-Paul Sartre donnait à Simone: le castor, en raison de sa ténacité face au travail intellectuel.
Après cette parenthèse littéraire, revenons, non pas à nos moutons,  mais  à notre vallée .

Donc "la rivière, jadis peuplée de castors, prend sa source au hameau de Bouviers, à Guyancourt, traverse la vallée sur 15 km avant de bifurquer vers le nord. Canalisée et enterrée à partir d'Antony, c'est le seul affluent de la Seine à Paris. "
(Source: Le guide vert, Ile de France, Michelin, mars 2000).

Le voyageur qui  remonterait  la Bièvre vers St Quentin-en -Yvelines sur la route de Jouy,  remarquerait l'acqueduc de Buc , construit en 1684 pour amener aux bassins de Versailles les eaux du plateau de Saclay.


Les étangs du Val et du Moulin-Renard , précise le  guide, ont été aménagés pour la pêche et la voile, des chemins permettent d'en faire le tour (baignade et canotage interdits) 
Entre la Minière et le Buc, l'étang de la Geneste est réservé à la pêche.



Dès le XV ème siècle, les eaux de la Bièvre servirent  à alimenter les manufactures  des tapissiers. 




Preuve en est la  fontaine restaurée 
des Gobelins  au nom prestigieux, sur le plan artistique, et fantastique pour son  l'étymologie.

Les Normands reconnaîtront leurs "Goubelins",  lutins espiègles, parfois méchants, selon les grands-mères qui mettaient en garde leurs petits-enfants contre leur malice .

Ah ! coum' disait ma grand mère
Es servant'  de nous vaîsins,
Qui giblaient  en r'venant d' traire :
Déf'ious , déf'ious des goublins
Qui rôdent l' sai  dans les q'mins,
Déf'ious, déf'ious des goublins
Qui rôdent l' sai dans les q'mins.
Goubelins que les Anglais traduiront par  "goblins"
et les allemands par 'kobold



Le jour de cette promenade, point de goubelins, point de castors, 
mais de gentils lutins dont les petites jambes ont parcouru  vaillamment une bonne douzaine de kilomètres .


Tout est bon pour inciter à la marche, sans rechigner:



chansons traditionnelles, revues et allongées  - combien de km à pied?
Qu'est -ce qui rime avec "souliers" ?
comptines
inventions verbales


 haltes pour admirer les animaux et le paysage








S'amuser à voir des formes animales dans les éléments de la nature. (Ou paréidolie , du grec ancien para , à côté de , et eidolôn, diminutif d'eidos, apparence, forme )

Voyez-vous autre chose qu'un bloc de terre raviné ?


La vallée de la Bièvre recèle également des trésors artistiques et des  souvenirs littéraires.

Le  guide vert nous apprend que le moulin de Vauboyen -datant des 16 ème et 17 ème siècle- fut  acheté par l'éditeur d'art Pierre de Tartas qui le transforma en galerie d'art contemporain et centre artistique.

A Bièvres encore le château des Roches, appartenant à Bertin l'aîné, directeur du Journal des débats, réunit de nombreux artistes et écrivains: Chateaubriand, Ingres, Rossin, Berlioz, et surtout Victor Hugo...
Mais ceci est une autre histoire, et , qui sait ? le sujet d'une autre balade.
..................................................................................................................................................................
Retour à Saint-Quentin -en-Yvelines avec cette oeuvre bucolique de Denis Mondineu dans le cadre urbain de la rue Le Nôtre:
la pêche au bord de la Bièvre






(A suivre)

10 commentaires:

  1. voilà un billet qui a tout mon intérêt... une belle idée de sortie avec les enfants et pour les grands !

    RépondreSupprimer
  2. Jolie promenade en compagnie de tes gentils lutins.
    Merci pour la piqûre de rappel. J'avais déjà oublié la paréidolie, ce mot savant (un peu comme la sérendipité) découvert grâce à Fifi qui voyait l'an passé dans mon grenier un Petit Prince bleu dans les eaux de l'Orbiquet. Du coup, afin de m'en souvenir je viens de créer un libellé "paréidolies" pour retrouver les billets qui en contiennent, tel ce dragon auquel ton bloc de terre m'a fait penser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le guide vert parle de ce moulin, je vais ajouter un complément.

      Supprimer
  3. Coucou Miss Yves.
    Un lieu que j'ai parcouru dans ma jeunesse...
    Au quel rien je ne retrouve !
    J'ai pourtant vécu longtemps à deux pas sans jamais avoir eu la curiosité de franchir la frontière que était la ligne de chemin de fer Paris Chartes ...
    Très bon weekend, A + ☼ ☺ ☼

    RépondreSupprimer
  4. Ils ont du bien dormir tes petits lutin après une balade comme ça, entre les kilomètres et les bols d'air.
    Le bloc de terre raviné me fait penser à un marcassin. J'aime aussi tes cygnes.

    RépondreSupprimer
  5. A moi aussi!(image de sanglier)

    RépondreSupprimer
  6. une balade qui peut ravir petits et grands !!

    RépondreSupprimer
  7. une ballade à pieds secs

    RépondreSupprimer
  8. Le tableau des bords de la Bièvre avec pêcheur fait penser aux Emmarchements...
    Un moment de bonheur familial, le grand'père parait plus petit que le petit homme rouge (question de perspective)

    RépondreSupprimer
  9. Voir avec les yeux d'enfant, tout un art, toute une joie à partager sans modération.

    RépondreSupprimer