Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, mars 10, 2017

Arriver comme mars/marée en carême


Curieuses expressions! 
  
lien ici 

La première, datant du XIV ème siècle signifiait "arriver inévitablement ",  bien sûr  puisque le mois de mars tombait  durant la  période du carême .
 Elle  a pris au XVII ème siècle le sens d'"arriver à propos". 
La seconde, faisant allusion aux plats de poissons bienvenus pendant le carême, a repris l'interprétation mentionnée ci-dessus.

L'Académie française avait été l' initiatrice de l'expression "comme marée en carême"dans un souci de clarification.
Mais au contraire les choses se sont brouillées, et sans doute à cause de la connotation négative du carême (période d'abstinence), "arriver comme mars en carême" a fini par signifier "arriver mal à propos".




       Loin des tableaux du XVII ème siècle représentant la nourriture avec une intention  philosophique, religieuse ou moralisatrice-notamment en temps de carême- des oeuvres ultérieures mettront  en scène les aliments selon un objectif profane , tout à l'opposé: exaltation du goût, voire de la gourmandise, valorisation du statut social de leur commanditaire.
 


      A partir de 1850, les "tableaux de salle à manger" se multiplient, donnant un nouvel essor au genre mineur de la nature morte et favorisant la carrière de peintres tels qu'Eugène Boudin ou Guillaume Fouace.




     A partir de 1850, les "tableaux de salle à manger" se multiplient, donnant un nouvel essor au genre mineur de la nature morte et favorisant la carrière de peintres tels qu'Eugène Boudin ou Guillaume Fouace.

Même en temps de carême- ou le vendredi, jour maigre selon la tradition catholique-les natures mortes de poissons et de crustacés exposées au musée de Normandie stimulent nos papilles, sous le pinceau de Jacques-Emile Blanche, de Guillaume Fouace, ou Denis -Pierre Bergeret.  









7 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    Belle expression...
    Le carême! ? Pour le peuple et les gueux cela ne modifiais sans doute pas grand chose à leurs menus qui était de fait d'un pauvre brouet et pour qui du poisson eu été un mets de fête !!
    Très bon weekend, A + 🐟 🐟 🐟

    RépondreSupprimer
  2. L'art - ou pas - de se faire saliver... Un billet fort intéressant, merci!

    RépondreSupprimer
  3. "comme mars en carême"...je l'utilise cette expression en pensant à une chose inévitable, une évidence !j'avoue n'avoir pas entendue celle de marée en carême même si cette marée a été fatale à Carême !

    RépondreSupprimer
  4. Je me souviens du citron de Manet au musée d'Orsay >

    http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?nnumid=1135

    Et des cadres énormes autour des tableaux impressionnistes ! Cependant on ne peut juger les sujets, peut-être un citron était-il exceptionnel à l'époque comme les oranges dans les petits souliers de Noël ?

    RépondreSupprimer
  5. Parmi le somptueux menu que proposent les photos de tableaux que tu as choisies, je prendrais bien une tranche du saumon de Jacques-Émile Blanche (dans un plat d'argent qui plus est ;-))

    "Marée en Carême" pourrait aussi évoquer la série de tempêtes que notre littoral atlantique vient récemment d'essuyer et qui risque de se reproduire avec les marées d'équinoxe aux alentours du 20 mars.

    RépondreSupprimer
  6. La deuxième expression m'était inconnue et pour la première, même en la connaissant, je ne l'utilisais pas. A moi de l'incorporer maintenant.
    Ce que je reproche aux natures mortes c'est d"'exposer des objets, ici en l’occurrence de la nourriture d'une façon jamais très naturelle. Par contre les études sont souvent ravissantes surtout à cause de l'éclairage. J'avoue m''y prêter de temps à autre en photographie.

    RépondreSupprimer