Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, mars 05, 2017

Vous avez dit " chef d'oeuvre "?

Le 8/02/ 17 à la médiathèque, présentation du livre "90 musées, 90 chefs d'oeuvre , le Guide et plus..."
aux éditions du Chameau
par 
Aatchi et Aatchi (collectif composé d' Antoine Pérus, de Serge Mauger et de Jean-Yves Lepetit)

Lien ici et  (/ O.F.)
..................................
-Pourquoi ce nom Aatchi et Aatchi  

désignant  ce collectif, qui, d'ailleurs, n'en est pas vraiment un, puisque dans les Arts plastiques, un collectif désigne un groupe de personnes agissant successivement, alors que dans le cas présent, quelqu'un lance une idée qui se construit grâce aux regards croisés des autres ?

  Précisons que 80 personnes  ont testé les musées,  5 étudiants de l'UIT d'informatique de Caen  ont conçu une application et un site.

- Réponse à cette première question: 
c'est le détournement du nom du publiciste Charles Saatchi &Saatchi, le "S" , comme spéculateur, en moins.



 Pascale Navet présente le collectif composé d' Antoine Pérus, de Serge Mauger et de Jean -Yves Lepetit,  à l'initiative du projet , ainsi que l' éditeur du guide.

- "Comment cette idée folle a-t-elle pris naissance"?

J-Y Lepetit raconte que sa réflexion a germé au cours d'une visite 
du Louvre un jour de gratuité, pressé et quasiment piétiné par la foule  affluant vers la Joconde, tandis que restait vide  la galerie d'accès contenant  deux autres chefs-d'oeuvre de Léonard de Vinci. 

Quatre ans de travail ont suivi: des courriels ont été envoyés à 90 musées du monde entier pour savoir quelle est l'oeuvre emblématique  et comment l'atteindre en un minimum de temps et de pas à partir de la billetterie!  Parcours  testés par 80 personnes "suffisamment libres d'esprit (qui) se sont passionnées pour cette acrobatie qui n'est pas qu'intellectuelle". 






Après une brève présentation de la démarche et la géolocalisation des musées dans le monde, le guide se divise en deux parties: 

- une notice très précise sur les musées, leur oeuvre-phare et les moyens d'accéder au saint du saint, à  partir de la billetterie. Il manque, paradoxalement une analyse plastique.
-Telles quelles, c'est-à -dire sans traduction ni corrections, les réponses des conservateurs  des musées, dans la langue où elles ont été rédigées (Anglais, Français, Italien).

 Grâce aux questions de Pascale Navet, on découvre que le  style très unifié  des notices est dû à ...un  unique  rédacteur, J-Y Lepetit et que l'idée, très stimulante, de noter  ainsi les réponses émane de Serge Mauger.

En principe, les oeuvres -phares ont donc été choisies par les musées, à quelques exceptions près:
- lorsqu'il n'y pas eu de réponses, ou bien plusieurs propositions  ou, cas extrême,  lorsqu'il n'y a pas de chef-d'oeuvre (c'est le cas du musée des arts islamiques de Malaisie )
Ou lorsque les musées sollicités ont estimé que le concept de chef - d'oeuvre était discutable, faisant la distinction entre la valeur artistique intrinsèque d'une oeuvre, son appréciation par le public,  voire le logo du musée, bref, une simple opération de marketing.
Dans ce cas, la consultation de plusieurs guides touristiques français a permis aux auteurs de faire un choix.

Que propose donc le supplément au  titre" le Guide et plus..."si ce n'est l'occasion de se poser la question: "qu'est-ce qu'un chef-d'oeuvre", et  d'aborder une démarche proche de l'art contextuel.

lien ici 



Pour en faire ressortir  le sel, quelques pages du guide ont été lues par des membres de l'association Lire à Saint-Lô .





Commencée à la médiathèque, la soirée s'est poursuivie dans l'autre section du centre culturel Jean Lurçat,  sous la houlette du conservateur, Robert Blaizeau, feignant de s'indigner de l'absence du musée des Beaux-Arts dans ce guide.





Quelle oeuvre emblématique choisir ?

     Sous forme de jeu, trois équipes empruntant trois chemins différents devaient, en comptant leurs pas à partir de la billetterie,  parvenir jusqu'au chef-d'oeuvre


                                dont Jean-Yves Lepetit avait désigné les initiales du peintre : G. M.




Sapho, de Gustave Moreau, bien sûr 
(et non une oeuvre  Gaspare Manos, aux cimaises pour une exposition temporaire


M. Blaizeau a commenté cette oeuvre -phare du musée et a signalé ses deux autres pièces maîtresses :

Homère et les Bergers de Corot .


et
d'Eugène Boudin,
 Le Havre. Coucher de soleil sur le rivage, marée basse, Salon de 1884 (lien  ici  ) 






Puis, entre sérieux et humour,  il a désigné au public "son chef-d'oeuvre",  réalisation du 1% artistique au moment de la création du musée: un cendrier.


                             
      Objet  fonctionnel devenu inutile,  redevenu oeuvre d'art, en quelque sorte un ready-made.




7 commentaires:

  1. je n'ai pas tout saisi mais ce qui me plait dans ton article c'est l'humour et le recul par rapport au "chef-d'oeuvre"...
    (plus que chef d'oeuvre je pense oeuvre "incontournable)

    RépondreSupprimer
  2. La Joconde je ne l'ai pas vue lorsque j'ai pu visiter le Louvre en visite privée mais je suis passée près de la dentellière de Vermeer qui nous est proposée actuellement en exposition des oeuvres de ce peintre, et la Belle Ferronnière de Vinci j'ai eu la chance de la voir au Grand Palais à une expo sur la renaissance française (mais elle a été enlevée car lorsque je suis repassée pour la voir avec un ami quelques jours plus tard elle n'y étais plus, restait un pan de mur vide)

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Miss Yves.
    Il se passe toujours quelque chose à Saint-Lô !
    Vive l'art et les artistes ..
    Très bonne semaine, A + 🖼

    RépondreSupprimer
  4. Billet très intéressant. Particulièrement en ce qui concerne la notion de chef d'oeuvre. En ce qui me concerne, j'ai vu un tas de gens devant Mme la Joconde. Je n'arrivais pas vraiment à voir le tableau. Le reste du musée était libre de monde, ce qui m'a permis de voir des choses qui me plaisaient et que moi je trouvais belles.

    C'est un vaste processus qui fait qu'une oeuvre devient chef d'oeuvre. Un mélange de l'avis des experts et du public. Je préfère me faire ma propre opinion. Comme en littérature!

    Belle journée!

    RépondreSupprimer
  5. Suis un peu comme Dédé moi, je ne comprends pas cet engouement pour La Joconde alors qu'il y a tant d'oeuvres qui sont beaucoup plus belles. Il y a tant de peintres de talents dont on n'entend jamais parler.

    RépondreSupprimer
  6. "La mort de Sapho" un petit tableau qui pourrait à lui seul justifier l'expression "small is beautiful".
    Qu'est-ce qu'un chef-d'œuvre ? Vaste question, sujet inépuisable, vu qu'il est communément admis que "Des goûts et des couleurs, on ne discute pas"...
    Mon chef-d'œuvre préféré au Louvre, c'est le Philosophe en méditation, un autre petit tableau.
    Quoi qu'il en soit, le musée de Granville, lui, vient bel et bien de découvrir son chef-d'œuvre et pas des moindres ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Oui, c'est extraordinaire!
    J'avais mis de côté l'article de O F
    Merci pour le lien !

    RépondreSupprimer