Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, avril 03, 2017


Henri Laurens (Paris1885-Paris, 1954)

Les Ondines, bronze 1933 (dépôt du centre  national des arts plastiques, 2016)
Après 192O, Henri Laurens s'éloigne peu à peu du cubisme, découvert quelques années grâce à Braque, se tournant vers la figure humaine et les matériaux naturels tels que le bronze  ou la pierre.

   Ondines? Belles endormies?
C'est un motif cher au sculpteur: un nu allongé, appuyé sur un bras, dédoublé ici en deux corps pareils à des vagues.
 "Trois qualités (...) placent Laurens au premier rang de la sculpture actuelle; son sens des volumes, son sens de la matière et son sens  du mouvement" (Bernard Dorival, 1954)




Version "miniaturisée" du motif, traité en grande dimension, exposé dans le parc de la fondation Pierre Gianadda:

lien ici 

9 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    Ma préférence va au statues (dites antiques)les gouts les couleurs dit on !!
    Des ondines, bien sur la vision se fait au travers de l'eau qui diffracte les rayon de la lumière ...🌫
    Très bonne semaine, A + 🐈

    RépondreSupprimer
  2. j'aime bien la seconde qui "ondule" comme une algue

    RépondreSupprimer
  3. mes comm's ne passent pas? c'est la fièvre espagnole...
    je pense de les préférér en grand.. la prochaine fois à martigny...
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, simplement, je n'étais pas là pour activer les commentaires !

      Supprimer
  4. On se pose la question de la nécessité de modèle pour de telles sculptures non figuratives, cette position était-elle reposante ? Pas forcément lorsqu'on voit, de Maillol, "Air" >

    https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Air

    ou "Rivière" >

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Rivi%C3%A8re_(Maillol)

    RépondreSupprimer
  5. Version miniaturisée... Je suis l'ours blanc de Pompon >

    http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire_id/ours-blanc-365.html

    Une copie grandeur nature est à la galerie de l'évolution du jardin des plantes (c'est logique), j'en ai vu une autre au musée de l'homme et des petites aussi au même endroit

    RépondreSupprimer
  6. Moi aussi je préfère la 2.

    RépondreSupprimer
  7. Plus brute, moins brute, j'aime les deux. Les arrondis, je pense en ce moment à Camille Claudel dont j'aimerais bien aller voir les sculptures dans ce nouveau musée qui lui est dédié.

    RépondreSupprimer
  8. Pas vraiment le genre de sculpture que j'apprécie ;-)

    RépondreSupprimer