Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, juin 07, 2018

Escapade vendéenne (4): le château



Depuis le Xème siècle, l'île de Noirmoutier a connu plusieurs attaques, comme dans le reste du royaume.


La peur des Normands a incité les seigneurs a édifier des lieux de défense.




                                 Pendant les guerres de Vendée, le château servit de prison.



     Il vit  se dérouler les événements tragiques de janvier 1794 avec de nombreuses exécutions dont celle du général vendéen d'Elbée sur la place d'Armes .




                        Le tableau du peintre Jules Le Blant  (1851-1904) représentant cette scène se trouve dans le château-qui est également un musée, fort intéressant.


Y est également exposé  le fauteuil sur lequel le général, blessé , fut transporté sur le lieu de son exécution.
..............................................................................................................................
Mort du général d’Elbée

C’était un froid matin de janvier. Sur la place.
De Noirmoutier nul bruit, que le bruit de la mer,
Et des pas mesurés faisant craquer la glace…
On sentait comme un vent de mort passer dans l’air.

C’est qu’en effet, dans l’île, un arrêt militaire
Vient d’être exécuté ce matin-là. Comprenez :
Trois Vendéens, couchés vers la terre,
Près d’un mur, sur le sol, ensanglantés.

Un quatrième, ceint de son écharpe blanche,
Front meurtri, bras pendants, est assis au milieu.
Sur un large fauteuil. Sa tête qui se penche
Semble à ses compagnons dire un dernier adieu.

Sur lui plus d’un regard tombe à la dérobée.
Les soldats qui s’en vont, pâles, presque tremblants.
Se le montrent des yeux et disent : « C’est d’Elbée !
Le blessé de Cholet ! Le général des Blancs ! »

Et bien, oui, c’est d’Elbée !… un généralissime !...
Mais pour qui la connaît la mort est sans effroi,
Et l’on peut de sa vie, alors, payer ce crime
D’avoir été fidèle à Dieu, comme à son roi !..

Maudits soient les combats et les guerres civiles
Qui font par les vaillants fusiller les héros,
Et qui, pour apaiser les hameaux et les villes,
Transforment, sans merci, des soldats en bourreaux !

 M. Adrien Dézamy

.................................................................................................................................................
Autres liens / Jules le Blant 
                  et là: vie et oeuvre (site très instructif )





9 commentaires:

  1. Et bien en voilà un très beau château mais une mort atroce. J'en ai froid dans le dos à la lecture du texte. Maudits soient les combats et les guerres civiles. Et pourtant, au 21ème siècle, on en est toujours là...
    Bises alpines et belle journée.

    RépondreSupprimer
  2. Hélas! C’est le quotidien et l’avenir de certains.
    Mercis.
    Bises normandes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci sans s
      à moins que ce soient
      «  mille mercis »!

      Supprimer
  3. Mille, c'est beaucoup. Mais j'accepte. :-))

    RépondreSupprimer
  4. Alors là, Noimoutier connais pas du tout. Je disais à l'instant que quand nous voyagerons avec notre coquille sur le dos on ira, tout comme à l'île de Ré.
    Cette mort atroce me fait penser aux Rois Maudits.
    Bonne fin de journée !

    RépondreSupprimer
  5. Pour Smartbox, j'ai mis carrément un avis sur le site de la "belle demeure".

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Miss Yves, c'est incroyable de revoir l'île de Noirmoutier sur ces bien jolies photos. je suis fasciné par l'histoire et les lieux chargés de vies antérieures. On imagine aisément que depuis le début du moyen age jusqu'à nos jours, tant de personnes et d'événements ont inspirés et fait vibrer ce lieu.

    RépondreSupprimer
  7. Les guerres de Vendée, des atrocités qui faisaient encore débat en 2013...

    RépondreSupprimer
  8. Quelle scène ce tableau! Avec ce fauteuil qui trône...

    RépondreSupprimer