Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, août 20, 2010

Journal de festival-(1) Place de la Liberté

59ème édition du festival des jeux du théâtre de Sarlat

Place de la liberté, capacité :1130 places

La scène se trouve devant l'église Sainte- Marie.
Ce lieu de culte dont la construction a commencé en 1365, a connu une histoire agitée:désaffecté sous la Révolution, puis vendu comme bien national, il servit d'usine à salpêtre, de boulangerie, de bureau de poste et finit par décliner.
C'est à l'architecte Jean Nouvel que l'on doit la réhabilitation de cet édifice dont les portes d' acier hautes de 17 mètres ont soulevé bien des polémiques.
Ce lieu abrite à présent un marché couvert et sert de plateau théâtral.

Mercredi 21 juillet:
tandis qu' organisateurs et bénévoles installent le matériel, épongent les sièges mouillés la veille ou scrutent le ciel
le
badaud de Sarlat
lui, semble dubitatif quant à la météo pour le spectacle de la soirée...
La suite lui donnera malheureusement raison.

9 commentaires:

  1. Je serais un peu d'avis qu'effectivement cela puisse avoir qq inconvénients pour les résidents et commerçants de cette place. De plus, l'endroit est tellement d'une grande beauté que cette scène géante gâche le tableau qu'offre Sarlat.
    Il se pourrait aussi que les touristes (non au courant de ce festival de théâtre)se trouvent un peu spoiliés de voir cette grande structure dans un endroit où, moi, en tant que visiteuse, je n'aimerais pas la voir là.
    Enfin, c'est mon avis et je le respecte.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut reconnaitre les échafaudages en tubes sont assez disgracieux...
    Bon Weekend A +

    RépondreSupprimer
  3. Claude, c'est aussi un moyen pour les touristes de découvrir le festival et d'y revenir régulièrement ,pour le festival, et pour la ville, ce qui est bon pour le commerce local (hôtels, campings etc)
    De toute façon, à part le soir de la représentation, on peut faire le tour de la place et accéder aux différents commerces.

    Daniel: l'essentiel est ce qui se passe sur la scène, la technique sont au service de l'art (mais n'est-ce pas toujours le cas ? )Je suis sûre qu'un vrai photographe (pas moi , bien sûr)pourrait donner à ce meccano géant une allure artistique!

    RépondreSupprimer
  4. L'Histoire de ce lieu est très intéressante, parceque c'est très vieux. J'espère que ce lieu fût servir comme théâtre pendant longtemps.

    RépondreSupprimer
  5. Et ton lien vers ce message est brisé...
    On a l'impression d'être dans une maquette par la pureté des lignes et des volumes.
    (Nous avions fait un stand lorsque j'étais étudiante avec un échaffaudage "entrepose", c'était pour la DDE de Meurthe & Moselle)

    RépondreSupprimer
  6. Lucie, j'ai pensé à toi à propos de cette structure, et bien sûr à propos de Jean Nouvel: mon lien marche, pour cet architecte .Et j'ai remis celui vers le badaud

    RépondreSupprimer
  7. Ah ce Jean Nouvel il joue lui-même sous tous les fronts...
    J'aime justement ce réveil de l'esprit proposé aux estivants et aux autochtones. Comme la découverte de certains blogs qui amènent certains sujets que de nous-mêmes nous n'aurions jamais abordé.

    RépondreSupprimer
  8. Le badaud par contre a toute la patience pour lui.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai raté quelques épisodes mais j'irai de billet en billet retrouver l'ambiance qui devait régner à Sarlat pendant ce festival, merci pour ce beau reportage!

    RépondreSupprimer