Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, mai 28, 2017

Mille-fleurs


ou l'art de faire tapisserie






                                   Dites-le avec des fleurs...pour le jour de la fête des mères,

                      avec ce mur floral du festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire.
Ce collage fait de sachets de pépiniéristes est la phase 1 d'un dispositif intitulé "au pied du mur "


mercredi, mai 24, 2017

Renaître

...de ses cendres, tel l'oiseau  phénix.


Après un incendie de forêt- comme dans la région de Marseille pendant l'été 2016- la nature reprend ses droits.
Les graines, toujours présentes, éclosent au printemps: liseron, molène, coquelicot, cirse, moutarde des champs et bien d'autres plantes croissent sur le bois calciné et refleuriront. 

C'est cette victoire de la vie sur la mort que montre cette mise en scène .

..........................

                                 Faire preuve de  résilience grâce au pouvoir des fleurs:

"Ils pourront toujours couper les fleurs, ils n'empêcheront pas le retour du printemps"

La rue (mai 68)






Il y a sur la plage quelques flaques d’eau
Il y a dans les bois des arbres fous d’oiseaux
La neige fond dans la montagne
Les branches des pommiers brillent de tant de fleurs
Que le pâle soleil recule
C’est par un soir d’hiver dans un monde très dur
Que je vis ce printemps près de toi l’innocente
Il n’y a pas de nuit pour nous
Rien de ce qui périt n’a de prise sur toi
Et tu ne veux pas avoir froid
Notre printemps est un printemps qui a raison 
Paul Eluard, in Le Phénix 




.

mardi, mai 23, 2017

Irisé




Au fond de ce labyrinthe végétal , un panneau translucide  reflète les couleurs en les déformant, et donne à voir une sorte d'un arc-en-ciel.




Billets précédents ici et là

dimanche, mai 21, 2017

Sur fond coloré


Voici le verso- coloré, cette fois -  des panneaux traités en blanc "monochrome"au recto.

Voir billet précédent.


L'effet est très différent, c'est ce que veut prouver "cette célébration baroque et théâtrale de la couleur".



Au fond de ce labyrinthe végétal , un panneau translucide  reflète les couleurs en les déformant, et donne à voir une sorte d'un arc-en-ciel.
(A suivre)

jeudi, mai 18, 2017

Sur fond blanc


Cette création italienne s'intitule "monochrome blanc", se référant au recto des panneaux blancs sur lesquels sont accrochées des fleurs et des plantes vertes.






Au verso, tout change, l'effet produit est tout différent!

(A suivre)

dimanche, mai 14, 2017

Des ronds, des miroirs, des pouvoirs

 
 En rouge et pourpre, hommage aux sorcières  et  aux vertus des plantes guérisseuses. (Corée)


     Simulant une enceinte à l'orée du bois, voici une modeste cabane de rondins: fagots, bric- à- brac, fouillis, buffet encombré de vaisselle, de bibelots; bouteilles, brocs, ustensiles ménagers, le tout au milieu des plantes, avec au centre un miroir d'eau circulaire, voilà l'univers de la femme, autrement dit de la sorcière.




 "L'homme qui prépare les onguents et les médecines a pour nom apothicaire.
Lorsque c'est une femme qui exerce cette activité, on l'appelle sorcière. Les hommes aiment bien tuer une femme de temps en temps."

Un monde sans fin, Ken Follet 


"(La femme) n’a d’amis que ses songes, ne cause qu’avec ses bêtes ou l’arbre de la forêt.
Ils lui parlent ; nous savons de quoi. Ils réveillent en elle les choses que lui disait sa mère, sa grand-mère, choses antiques, qui pendant des siècles ont passé de femme en femme. C’est l’innocent souvenir des vieux esprits de la contrée, touchante religion de famille, qui, dans l’habitation commune et son bruyant pêle-mêle eut peu de force sans doute mais qui revient et hante la cabane solitaire.
Monde singulier, délicat, des fées, des lutins, fait pour une âme de femme.
Dès que la grande création de la Légende des saints s’arrête et tarit, cette légende plus ancienne et bien autrement poétique vient partager avec eux, règne secrètement, doucement. Elle est le trésor de la femme, qui l'a choisie et la caresse. La fée est une femme aussi, le fantastique miroir où elle se regarde embellie."


Michelet, La Sorciètre

jeudi, mai 11, 2017

Agora

Ombrelles, ombelles,
parapluies, corolles à l'envers
mènent le visiteur
 vers l'Agora





où circule librement la parole :
c'est le pouvoir des fleurs (Flower Power) qui donne son titre et sa thématique au 26 ème Festival des jardins 2017 du domaine de Chaumont-sur-Loire

lundi, mai 08, 2017

Ceci n'est pas ...

...un tableau de Magritte , 

ou à la manière de...
mais un coin de verdure, de nature, source d'inspiration pour les peintres qui l'ont représentée, stylisée, magnifiée - n'en déplaise à Remy de Gourmont qui prétendait, à propos des musées, préférer la nature (bouquet, coucher de soleil) à toute représentation.



     Le festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire  a pour thème, cette année 2017 "Le pouvoir des fleurs": 25 créations de jardins exaltant la diversité, la beauté, le parfum, le mystère des fleurs, leur pouvoir de séduction,  leurs vertus, non seulement en amour ou en médecine, mais aussi dans le domaine des idées, de la politique (pensons aux bleuets aux coquelicots )  et de la contestation. (Révolution des oeillets, de jasmin)

   On aura saisi dans l'intitulé du thème, un clin d'oeil au slogan "Flower Powerdu mouvement Hippie des années 60-70 .




    Ce petit jardin, bien nommé "Inspiration" évoque l'univers  des peintres, avec cette sympathique  cabane - atelier qui donne envie de s'y installer pour brosser  quelques croquis, car le peintre du dimanche, tout comme les grands maîtres éprouve des fourmillements dans les pinceaux!


Ah! Si le temps atmosphérique me l'avait permis!



                                "Je dois peut-être aux fleurs d'avoir été peintre", Claude Monet
...................................................................................................................................................................
Ici, la chanson de Laurent Voulzy

samedi, mai 06, 2017

Impressions deauvillaises (3)

Quelques aperçus:

Deauville s'étend sur une plage de 2 Km, entre Trouville-sur -mer, son aînée et le mont Canisy,  
point culminant de la côte fleurie.

    L'estuaire de la Touque, que l'on franchit au pont des Belges, près de la gare, sépare ces deux stations balnéaires.


     Jusqu'au milieu du XIX ème siècle, le site sur lequel se trouve aujourd'hui Deauville était occupé par les marais.

    En 1859, le financier Donon et  le médecin du Tout-Paris, Ollife, achètent le domaine foncier pour en faire une station balnéaire, avec comme parrain, le duc de Morny, demi-frère "caché" de Napoléon III.
  Deauville  a failli se nommer Mornyville, mais tira finalement son nom  de Dosville, nom du petit bourg qui vivait de l'agriculture.



La gare  été construite peu de temps après la création de la station, d'après les dessins de Jean Philippot, créateur de la gare Vanves-Malakoff (Ile-de -France).

    A l'intérieur, un vaste hall central demi-cylindrique en béton  contient deux peintures marouflées de Louis Houpin réalisées en 1932 qui représentent un plan de Deauville et de Trouville et une carte de la Normandie.

En 1860, le duc de Morny est autorisé, par décret impérial à prolonger la ligne Paris-Saint-Lazare-Lisieux-Pont-L'Evêque; l'inauguration a lieu le 1er juillet 1863, il ne faudra alors que cinq heures pour couvrir la distance Paris -Deauville.

Les trains de plaisir se multiplient à partir de 1889.



Les voyages en train ont inspiré Marcel Proust:

                 "Et une foisne pouvant plus résister à mon désirau lieu de me recoucherje m’habillai et partis
 chercher Albertine à IncarvilleJe lui demanderais de m’accompagner jusqu’à Douville  j’irais faire à
 Féterne une visite à Mme deCambremeret à la Raspelière une visite à Mme VerdurinAlbertine 
m’attendrait pendant ce temps- sur la plage et nous reviendrions ensemble dans la nuitJ’allai prendre le petit chemin de fer d’intérêt 
local dont j’avaisparAlbertine et ses amiesappris autrefois tous les surnoms dans la région on l’ap--pelait tantôt le Tortillard à cause de ses innombrables détoursle Tacot parce qu’il n’avançait pasle Transatlan tique à cause d’une effroyable sirène qu’il possédait pour que se garassent les passantsle Decau--ville et le Funibien que ce ne fût nullement un funiculaire mais parce qu’il grimpait sur la falaiseni 
même à proprement parler un Decauville mais parce qu’il avait une voie de 60le BAG. parce qu’il 
allait de Balbec à Grallevast en passant par Angervillele Tram et le TSN. parce qu’il faisait partie de
la ligne des tramways du Sud de la NormandieJe m’installai dans un wagon 
 j’étais seul ; il faisait un soleil splendideon étouffait ; je baissai le store bleu qui ne laissa passer qu’une raie 
de soleil."



     De l'office de tourisme, en face de la mairie, débute, le circuit des villas, en remontant la rue Fossorier vers la mer.
(Voir billets précédents, libellé "Deauville")







Deauville, lieu de villégiature, reste le symbole des mondanités, de l'élégance, du cinéma et des courses hippiques.


     Très fréquentée en été  et au moment des diverses vacances scolaires, elle est fort calme avant la saison touristique: l'idéal pour une petite sortie printanière!




..................................................................................................................................................................
Source: Normandie, vallée de la Seine, le guide vert 2008

lundi, mai 01, 2017

Il est revenu...

...le temps du muguet 

De mon jardin, tous mes voeux pour un heureux 1 er mai










Lien ici vers la chanson de Francis Lemarque