Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, décembre 16, 2007

La Marquise d'O, d'après Kleist, mise en scène de Lukas Hemleb

(Cf Article personnel sur le même thème, traité par Barbey d'Aurevilly, dans Une Histoire sans nom   Ici )
.........................................................................................................................................................

Décor, costumes et lumières s'inspirent, me semble-t-il, de l'univers du peintre Gaspar David Friedrich (1774-1840)
1-Eglise dans un paysage d'hiver (1811)
2-Falaises de craie sur l'île de Rügen (1848)
3-Abbaye dans la forêt de chênes
Un panneau coulissant mobile agrandit ou resserre à volonté l'espace scénique : de loin, dans le flou artistique d'un jeu d'ombres chinoises, le spectateur assiste à la mise à sac de la forteresse , voit errer la Marquise , écoute les potins de salon ou subit, comme l'héroïne une sensation d'écrasement .(Voir photo)
Au sol, un dallage noir et blanc évoque un échiquier où les pièces seraient déplacées par chacun des personnages en quête d'honneur dans ce jeu de la vérité .
















Avec Lucas Anglarès ( le frère),Francine Bergé (la mère),Simon Eine (le père), Cécile Garcia-Fogel (La marquise d'O), Brontis Jodorowsky(le Comte F) et Stéphanos Thomopoulos, le pianiste


production
 maison de la culture d'Amiens avec le soutien du théâtre Gérard Philipe de Saint- Denis

"A M...,ville importante de haute-Italie, la marquise d'O, dame d'excellente réputation, veuve et mère de plusieurs enfants, fit savoir par la presse qu'elle était , sans savoir comment, dans l'attente d'un heureux événement , que le père de l'enfant qu'elle attendait devait se faire connaître , et que, pour des considérations d'ordre familial, elle était prête à l'épouser ..."

Editions Mille et Une nuits .......................................................................................................................
......................................................................................


La sonate opus 111 de Beethoven jouée au piano ponctue cette adaptation théatrale qui oscille entre (mélo) drame et comédie, ces nuances donnent à la nouvelle beaucoup de densité .
Le tour de force de Lukas Hemleb est d'avoir restitué tel quel le texte d'Henrich von Kleist sans l'avoir réécrit , redécoupé pour le théâtre sous la forme canonique dialogues/didascalies .

Les longues phrases complexes distribuent à tour de rôle la parole
:tel personnage , d'abord narrateur-témoin devient acteur et vice -versa, d'où un effet de distanciation , particulièrement
pertinent pour le personnage de la Marquise observatrice effarée de son étrange état.

D'abord décontenancé par ce procédé inhabituel, le spectateur est vite conquis par la précision du jeu des acteurs, le subtil mélange du tragique et du comique, le charme du décor.
Eblouissant!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire