Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, avril 02, 2009

Dans le ciel, des parachutes !


Qui n'ont rien de doré,
qui ne sont ni baudruches, ni vent
Aujourd'hui traces du passé
ils ont permis d'aller de l'avant

11 commentaires:

  1. Un jour, nous sommes allés visiter le Mont-Saint-Michel. Dinard et Saint-Malo et en cours de route décidons de monter jusqu'à Sainte-Mère-Eglise, comme ça, simplement pour voir suite aux évènements que tu connais. Nous remarquons sur la route des Jeeps avec des soldats à l'intérieur et nous nous apercevons que nous sommes un 6 juin. Arrivé dans la ville, le parachutiste était accroché au clocher de l'Eglise. Nous y sommes retournés avec les américains et je leur ai raconté l'histoire de ce parachutiste, John Steed, si j'ai bonne mémoire.
    Mon Chéri et moi aimons bien aller en Normandie au moment du 6 juin. Il y souffle toujours un vent de victoire, avec un grand V.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raisons les pauvres gars qui sautèrent leurs parachutes n'avait rien de doré.
    Bon WE ... A + :o))

    RépondreSupprimer
  3. CE sont des lieux historiques tout au long de nos cotes normandes.

    RépondreSupprimer
  4. très bel hommage . J'ai beaucoup aimé ce tour des plages et villages de Normandie avec ces souvnirs qui doivent être entretenus.

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien de se souvenir et il n'y a ni date ni jour pour cela ; comme ce devrait de la fête des mères ou des grand'mères ou la journée de la femme.
    Un vendredi d'avril peut très bien convenir...

    RépondreSupprimer
  6. Claude,J'espère prendre des photos du clocher
    Cergie, comme nous Y passons souvent, le souvenir est toujours vivant, à n'importe qu'elle époque de l'année.

    RépondreSupprimer
  7. Hier soir, je me suis demandée si je n'avazis pas fait une erreur dans le nom du parachutiste en question. Sted c'est Chapeau melons et bottes de cuire, et ce héro de guerre c'est, c'est... et ben voilà, je ne m'en rapelle plus.
    Je réchéflis et je te dis.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai retrouvé ! C'est John STEELE !

    RépondreSupprimer
  9. J'avais corrigé ...mentalement

    RépondreSupprimer
  10. I also recall the historical events of Normandy and the para chutist who landed on the belfry while the bells were ringing. The poem is beautiful, but I noticed that French poetry is too difficult for me. But I can understand the comments of the French bloggers. Thanks for sharing dear Miss Yves!

    RépondreSupprimer
  11. Que de leçons à retenir en passant par ces villes et villages. Que le Souvenir demeure comme il demeure de ce côté-ci parfois avec tant d'émotion.

    RépondreSupprimer