Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, novembre 20, 2011

Prix littéraire du Cotentin 2011 décerné à Françoise Hamel



pour son roman Magnéto (Presses de la Cité) .

Ce treizième ouvrage conte les mésaventures farfelues d'une jeune fille venue  de son Cotentin natal dont elle porte le nom . Embauchée dans une radio populaire , harcelée par Jean-Hedern Hallier qui brigue une invitation , elle se retrouve au coeur de" l'affaire des écoutes téléphoniques de l'Elysée", dans les années 80 .

La remise du prix a eu lieu le vendredi 18 novembre à l'espace René Le Bas, autrefois l'hôpital des Armées  de Cherbourg,
C'est justement là qu'est née notre lauréate, dans cet hôpital "avec vue sur une allée de palmiers. Je pesais onze livres à la naissance"- Cette précision émane de sa mère -"son inspiratrice pleine de vie"qui se plaignait d'avoir le " trélu"-elle avait beaucoup LU ,croyait l'enfant-et qui prédisait à sa fille, sa" Princesse", un beau destin d'écrivain.




Cette prédiction s'est bel et bien réalisée, depuis 1981 avec un premier roman, le café à l'eau (Grasset, 1981-Archives de l'INA ici)) ;  les fils du destin s'entrecroisent en signes mystérieux puisque la reconversion de l'ancien Hôpital en pôle audiovisuel et cinématographique ramène Françoise Hamel à l'époque où "adolescente en duffle-coat", elle avait vu Catherine Deneuve jouer dans les Parapluies de Cherbourg, sans se douter qu'un jour , devenue assistante de Michel Drucker, elle préparerait une émission avec Catherine Deneuve pour invitée !


L'attachement de notre auteur à sa presqu'île- elle le dira dans son discours-ne se dément pas: "Cherbourg, c'est l'angoisse en arrivant et le regret en repartant", il se ravive à l'occasion des séances de dédicaces à la librairie Ryst, des séjours dans cet "hôtel sur les quais près du cinéma qui apparaît dans le film La Marie du Port de Marcel Carné."(vidéo ici)
Il se traduit par sa manière de s'identifier à la jeune fille à demi-masquée par un énorme bouquet de marguerites dans le tableau du peintre emblématique de notre région: Jean-François Millet.
Ou encore dans ses souvenirs de collégienne, très impressionnée d'apprendre que l'immense lustre du théâtre de Cherbourg, où elle jouait en amateur avec sa classe était dépendu une fois par an pour être nettoyé.

Entourée de Claude Godefroy, secrétaire du jury du prix littéraire du Cotentin et de Jean Levallois, qui en est le Président, Françoise Hamel, très souriante, a écouté l'éloge  de ce dernier.

L'accent a été mis sur les ressemblances entre l'auteur et son personnage ," une fausse naïve, bien de chez nous" et sur son style qui lui a fait mériter ce prix:"Elle ne cache pas ses fragilités, c'est son armure", une armure sous laquelle on devine l'ironie des gens du Cotentin, des Gens d'ici, pour paraphraser le titre d'un recueil de Gilles Perrault .

Dès son premier roman, Le café à l'eau, avec un sujet fort ( l'emprise d' un tyran domestique sur sa famille) Françoise Hamel aurait pu figurer sur la liste des auteurs couronnés par le prix littéraire du Cotentin, tant son écriture , à visée quasi thérapeutique restait cependant distanciée, maîtrisée .

Après Roger Jouet, historien émérite de l'Université de Caen couronné en 2010, le professeur Yves Pouliquen de l'Académie Française (2009), et auparavant Didier Decoin , Alexis Salatko, Michel Besnier, plusieurs  linguistes, historiens,  romanciers ou  poètes, Françoise Hamel , par son inspiration marquée au sceau de "la langue et des paysages" ajoute tout naturellement son nom au palmarès.

Avant de remettre à la lauréate le chèque de mille euros offert par le conseil général de la Manche, son président, M. Jean-François Le Grand, a tenu à féliciter l'auteur, à la remercier d 'avoir contribué à faire connaître et aimer le Cotentin , tout comme ceux qui " à leur niveau et avec leur expression propre , restent attachés à un certain bon sens hérité du terroir , loin du parisianisme, dans un monde qui semble perdre la tête."



Puis ce fut au tour de la toute nouvelle nommée de prendre la parole.

Munie de "ses petites fiches"comme à l'époque de Champs-Elysées ou de Vivement dimanche, et fidèle à son personnage de Candide, notre romancière a déclaré n'avoir jamais composé de discours mais avoir suivi les conseils d'un ami, selon  la méthode  de  la dissertation du concours d'entrée à l''ENA:
1 - Merci .
2- Moi.
3- L'avenir.
Sur ce canevas, Françoise Hamel a brodé avec brio, illustrant sa semi-improvisation d'anecdotes cocasses qui ont enthousiasmé son public.

1-Merci
Ses remerciements ont été assortis d'un mot gentil à l'intention des membres du Jury; la nouvelle lauréate a exprimé sa fierté, sa joie d'obtenir ce prix, illustré par le poète de Canisy, Jean Follain, qu'elle aime tant .
Jusqu'ici, elle n'avait reçu que deux prix, celui de la brasserie Lipp pour Fille de France (Plon, 2004) ,et, plus inattendu parce que fondé sur un quiproquo, celui de la revue animalière le Hérisson, pour son roman La Loche (Grasset,1984) : en effet, ce terme patois qui désigne une limace était employé par son père pour qualifier sa propre fille, qu'il trouvait mollassonne! Rien à voir, donc, avec la vie de l'animal en question .Cependant, la revue avait consacré un article au roman ,qui avait plu .

2-Moi.
Beaucoup  d'émotion et  d'humour  pour évoquer sa famille: son ancien militaire de père qui l'avait inscrite  comme pensionnaire  au collège tout proche:'"Quand on fait des études, on doit rester à l'internat, c'est comme à l'armée" ; sa mère, sa "Chère mère", pour citer un de ses titres (Plon,2001)Sans oublier sa fratrie, qu'elle retrouve toujours avec plaisir à Cherbourg , mais dont elle évite de tracer des portrait dans ses livres ,voulant assumer la responsabilité des ses propos personnels.
De son parcours chez Michel Drucker, par le biais d'anecdotes savoureuses,  on retrouve transposées, certaines maladresses de Cotentin (Cotenti-i-ne, alias Princesse, alias "La Pensionnaire") -voire certaine gaffes-commises à Radio Gaieté.
Une précision: l'enjeu du roman n'était pas de faire un pamphlet des années Mitterrand. D'ailleurs , dans l'interview donnée à Nathalie Colleville ( Livre-échange Numéro 56 / octobre 2011), Françoise Hamel , qui votait pour la première fois en 1981, rappelle que"cette victoire était inouïe, inespérée". Non, il s'agissait de narrer, sur le mode comique, l'imbroglio causé par les interventions du "trublion des Lettres , Jean-Hedern Hallier qui voulait à tout prix révéler au grand public les secrets du président".
(De tristes secrets comme la francisque, la condamnation à mort d'algériens, le cancer...Et un plus doux: Mazarine... )
Et d'ajouter que pour elle, François Mitterrand reste " un grand président qui a fait rayonner la France" bien qu'en 81, son image fût quelque peu ternie .
C'est surtout un hommage aux livres qui se développe dans ce roman, le bonheur de vivre entourée d'étagères encombrées de livres ...Mais chut! N'anticipons pas.

3- L'avenir.
Si elle reste fidèle au" roman d'Histoire" pour employer une expression anglaise qui lui convient - et si elle prépare la biographie d'un Normand du XVIIème siècle , aussi atypique que la Palatine , Françoise Hamel se réjouit d'avoir délaissé le Grand Siècle au profit de l'époque contemporaine grâce à Magnéto, elle qui craignait de "finir en vieille mémé spécialisée dans le roman historique chez Plon"!
Cette récompense  l' encourage donc à continuer dans cette voie.


Après cet "Oral réussi, autant que l'écrit", comme lui a glissé un des membres du jury -également écrivain -lors de la séance de dédicaces, nous espérons retrouver bientôt Françoise Hamel , si pétulante , si chaleureuse!


Seulement, ce sera pour un autre prix littéraire que celui du Cotentin , car celui-ci n'est attribué qu'une seule fois à un auteur!
M. S.
(Merci à  Nicole Godefroy pour les photos de la séance de dédicaces)




.................................................................................................................................................................
Autres liens:

Prix littéraire
Article et photo ,sur le site d'Ouest France

http://www.tendanceouest.com/actualite-25624-francoise-hamel-recoit-prix-litteraire-du-cotentin.html

http://www.wat.tv/audio/81-francoise-hamel-forains-roi-32nkf_2jt3f_.html
.................................................................................................................................................................;

7 commentaires:

  1. Excellent billet ! Félicitations à Françoise Hamel !
    Merci pour ce reportage !
    Tu es en bas, à droite !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne l’avais pas vu ce message ci ! Après une pause tu es intarissable Miss !
    Pauvre JE Hallier ! Il en aurait été capable ceci dit.
    La récipiendaire donc.
    :)
    L’entrée de l’hôpital fait typiquement caserne.

    RépondreSupprimer
  3. Pas à dire il fallait bien quelque jours de repos pour rassembler toutes ses informations...
    Peser 11 livres pour une écrivaine, quelle aubaine.
    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  4. Enitram! Oui!
    je te recommande cette lecture (et les autres livres de F Hamel)
    Cergie: je vais faire des pauses intermittentes.
    L'épisode JEH , s'il est romancé n'est pas fictif .
    A Cherbourg, on appelle tout simplement cet hôpital hôpital maritime.
    Daniel: 11 livres à la naissance, mais c'est son 13ème!Le hasard -ou la veine-aurait pu faire que l'écrivaine soit couronnée pour le 11ème ...

    RépondreSupprimer
  5. Il fallait une petite pause autonale pour préparer un tel billet, Miss Yves.
    Bravo à la lauréate à qui tu fais de belles éloges.
    Ces oeuvres donnent envie de la lire.

    RépondreSupprimer
  6. ritTu fais une si belle presentation que l'on a qu'une envie: lire le livre.
    Peut-etre meme plus qu'un "encouragement" ce prix,non?
    Merci pour ce reportage si interessant. Je t'ai bien reconnue sur la photo, j'espere que tu as eu une dedicace speciale bien meritee.

    RépondreSupprimer
  7. Thérèse:une très belle dédicace. Tu as également , je pense, reconnu notre hôte ?

    RépondreSupprimer