Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, janvier 17, 2014

Aux couleurs de l'Inde (4 bis /4)

Dernière rencontre et débat 
à propos de:

le guide et la danseuse , écrit par R. KNarayan , traduit de l'anglais. 

L'auteur, romancier nouvelliste (1906-2001) qui allie "l'art minutieux d'un Tchékov et la force d'un Faulkner"  fait dire au narrateur:
"Je suis arrivé à la conclusion que rien en ce monde ne peut être caché ou supprimé, c'est comme si on tentait de masquer le soleil avec une ombrelle"



Ce roman,  très  agréable à lire, a suscité des jugements contrastés sur  le personnage principal,
 Raju du chemin de fer, autrefois guide touristique improvisé,  devenu par un concours de circonstances, guide spirituel , après avoir fait  de deux ans de prison .

Personnage sympathique ou non? Imposteur ou simple affabulateur ? Peut -on faire le bien en répondant tout bonnement  à ce que les autres attendent de vous? 
Qu'est-ce qu'un sage ?
Et que penser  de l' illumination éprouvée par Raju à la fin  de son jeûne  forcé ? 
Simple signe de  faiblesse ou bien, comme dans le pari pascalien Raju devient-il croyant, à force d'accomplir les gestes de la piété ?





J'ai personnellement beaucoup aimé ce roman et le personnage principal-  imposteur , certes, mais sympathique, par sa débrouillardise,  mélange amusant de mauvaise foi et de lucidité , comme le souligne le narrateur .

Un exemple, lorsque Raju incite les villageois à accompagner leurs enfants aux cours du soir qu'il a amené  l'instituteur à donner bénévolement:

"D'ailleurs, vous aussi tirerez profit de ces leçons si vous ouvrez vos oreilles...On va loin quand on ouvre ses oreilles et qu'on ferme sa bouche...ajouta-t-il , improvisant un brillant aphorisme"
(...)
"Tout en parlant, il ne put s'empêcher de se dire qu'il donnait des ordres au maître qui n'avait nul besoin de lui obéir, qu'il s'agissait d'enfants qui n'étaient pas à lui et qu'il désignait une lampe qui ne lui appartenait pas."





Notons que le titre original , traduit en anglais était "The guide""(le guide")la danseuse paraissant alors accessoire dans l'itinéraire de Raju, pour qui , cependant, rien ne serait arrivé sans  Rosie ( alias la danseuse Nalini, dangereuse  femme-serpent ,selon  la mère du jeune homme)
Les relations orageuses entre Rosie, son mari archéologue comparé à "Marco Polo"et Raju (admirateur/amant/imprésario) apportent une touche comique, digne d'un vaudeville.

Rosie/ Nalini, quant à elle,  voit leur histoire autrement:" J'ai toujours pensé que tu n'agissais pas comme il fallait. C'est notre Karma. Que pouvons-nous y faire ?"

Dès le premier chapitre  alors que Raju, réfugié dans un temple , est pris pour un Swami (guide, guru ) par un villageois, présent et passé alternent ou s'entrecroisent, ce qui souligne  la permanence  de sa personnalité: serviable, combinant mensonges pieux et système D, et ce, jusqu'en prison. 

"Oubliez les murs et vous serez heureux" conseille -t-il aux détenus.
Au-delà du simple opportunisme, n'est-ce pas une leçon de sagesse ?

Et , dans le dialogue suivant, au tout dernier chapitre, se dessine l'humour  ambigu du narrateur:
-" Avez-vous toujours été un yogi ? 
- Oui, plus ou moins" 
....................................................................................................................................................



....................................................................................................................................................

30
    Je suis sorti tout seul pour aller à ce rendez-vous. 
Mais qui donc est celui qui me suit dans  l'obscurité silencieuse?
    Je m'écarte pour éviter sa présence mais je ne lui échappe pas.
    Il fait se soulever la poussière avec ses fanfaronnades.
Il double de sa voix bruyante chaque parole que je dis.
  Il est mon propre moi misérable, ô Seigneur! Il ne connaît aucune honte; mais j'ai honte de venir à ta porte en sa compagnie"

Rabindranath Tagore, l'Offrande lyrique , Traduit de l'anglais par André Gide, Poésie Gallimard

........................................................................................................................................................

24 commentaires:

  1. Pas trop le temps aujourd'hui pour te lire, je repasserai demain. Suis prise une partie de la matinée et ce tantôt.
    A demain !

    RépondreSupprimer
  2. "Oubliez les murs et vous serez heureux" - on peut s'en servir tout au long de sa vie pour ne pas s'enfermer.

    RépondreSupprimer
  3. C'est très profond.

    « Si je veux peindre le printemps, il faut que je sois en hiver; si je veux décrire un beau paysage, il faut que je sois dans des murs; et j'ai dit cent fois que si jamais j'étais mis à la Bastille, j'y ferais le tableau de la liberté. » Jean-Jacques Rousseau, Confessions, livre IV

    RépondreSupprimer
  4. oublions nos murs...quels qu'ils soient
    une leçon pas toujours facile à mettre en pratique

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Miss Yves.
    Aïe! Aïe! Je vais dans le mur si je cherche à comprendre.
    Bonne journée.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
  6. Je crois que tu as aimé "Le guide et la danseuse".:-)
    Et par conséquent tu donnes envie de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup!
      Chic!
      Je dis aussi" chic" pour ton autre commentaire

      Supprimer
  7. J'ai enfin mis ce blog dans mes liens, les autres y sont. Cela me permettra de ne plus arriver en retard :-)
    Allez je vais débarrasser mes courses
    A plus tard

    RépondreSupprimer
  8. j'aime et devrai y revenir plus tard car tellement documenté que j'en oublierais d'aller au marché!

    RépondreSupprimer
  9. Suis rentrée trop tard hier.
    Tu es très persuasive dans ces posts.
    C'est assez passionnant de te lire.

    RépondreSupprimer
  10. Et bien moi j'aime bien ta bannière car je reconnais bien le "pays" !!!
    Je note ce livre dont tu parles si bien ! J'ai l'impression qu'il y avait une bonne ambiance lors de cette rencontre, beaucoup ont le sourire aux lèvres !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un "pays" lointain, mais nous y sommes attachées.
      L'ambiance était excellente, en effet.

      Supprimer
  11. J'aime beaucoup ta nouvelle bannière !!!
    Le genre de paysage qui parle à mon coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! J'ai hésité entre plusieurs photos: finalement celle-ci m'a paru évoquer tous les possibles d'une nouvelle année. Cependant, cela aurait été mieux de la réduire.

      Supprimer
    2. Ton cadrage en contre-plongée et la barrière du premier plan donnent l'impression de franchir une frontière et d'arriver sous "des cieux nouveaux" ! :-)
      Ce ciel moutonné est extraordinaire !
      Bonne soirée, Miss !

      Supprimer
  12. Encore si je puis dire .................des secrets ..............et tant mieux....................

    RépondreSupprimer
  13. Merci Miss pour" le bulbe doré" et Marie de France !

    RépondreSupprimer
  14. ❀❀*❀❀ o-❀-o ❀❀*❀❀

    J'apprécie beaucoup cette suite.
    La photo du ciel à l'entrée de ton blog est SUPERBE !
    MERCI MISS_YVES

    Je te souhaite un bon mardi.

    BISOUS d'Asie vers la belle Normandie !!!

    ❀❀*❀❀ o-❀-o ❀❀*❀❀

    RépondreSupprimer
  15. Grand merci pour la découverte de L'Offrande lyrique.

    RépondreSupprimer
  16. En effet, il y a de la sagesse Zen déjà dans la première citation

    RépondreSupprimer