Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, janvier 24, 2009

Portbail , Marée haute, marée basse

Portbail (Manche)
"Le port de l'enclos"
Du latin "portus"(fr.port), suivi sans doute du bas-latin"Ballium"(ancien Français "bail", cour, "enclos".
Mentionné au VIIème siècle sous la forme latine Portus Ballii,
Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie
- Charles Corlet éditions-auteur:René Lepelley

(Cette photo a été faite par mon amie Odile, qui me l'a donnée, en souvenir
de nos souvenirs
, tout comme elle m'avait offert la carte postale *'La Penseraie"- voir lien plus bas)
jeudannan.blogspot.com/2009/01/portbail.html

Marée haute

13 décembre 1864,

- Cinquième Mémorandum-(Après la visite du *Bas-Hamet, à Barneville)
photograff.blogspot.com/2008/09/la-pnseraie-barneville-carteret.html

"...Ai fait atteler, parti pour le plein par les dunes et les sables mouvants.- entre deux dunes, ai revu la mer,-ma mer,- que je pourrais orthographier ma mère, car elle m'a reçu , lavé et bercé tout petit .- Il était quatre heures et demie; le soleil crevait au-dessus d'elle un banc de nuages couleur violette et faisait sur les vagues , tomber comme une gloire d'or, qui les rendait étincelantes; -pas verte alors comme elle l'est presque toujours, mais d'un bleu très pâle, sans vagues, sans ces écumes qui sont comme les moutons de ce pré liquide, toute en oscillations, en frissonnements, en foisonnements, en lames lumineuses;- c'était l'heure du flux; elle arrivait, et très vite; elle arrivait sur toute la ligne immense qui va de Carteret à Portbail, mais sinueusement, non d'une seule venue et en ligne de bataille, comme je l'ai vue souvent, mais par pointes, se bombant ici, se creusant là,dessinant sur le sable des anses mobiles.-Ai fait descendre au cheval l'entre-deux escarpé des dunes, et l'ai fait avancer les pieds jusque dans le flot, qui lui a envoyé sa poussière d'eau jusque dans les narines et lui a fait secouer les oreilles.-Resté là le plus que j'ai pu à me raviver les sensations. c'était un verre de vie que je buvais ."

Jules Barbey d'Aurevilly, Bibliothèque de la Pléiade, Tome IIP;1116,1117

A marée basse... Aquarelle
(Message 494 )

4 commentaires:

  1. J'avais peut-être déjà dit que j'aime cette aquarelle, mais il y a des choses que l'on peut répéter!

    RépondreSupprimer
  2. Et moi je répéterai que j'aime la partition de la photo en deux (j'ai dit cela chez Daniel) avec tout au dessus, très lumineux ; et cette partie qui fait masse en bas.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. 494 ?
    Dis moi, Miss, ne serais tu pas en train de faire un compte à rebour qui tend à tendre et croitre vers les 500 ?
    Ca y est, je t'ai répondu et je vais tâcher de me libérer du blog
    A plus tard !
    (Y a le déjeuner ! Quel esclavage !)

    RépondreSupprimer