Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, octobre 03, 2011

Les serres du parc Liais

Créé en 1885 par Emmanuel Liais, astronome et passionné de botanique, le parc et les serres   furent  légués à la ville de Cherbourg  en 1900 par son fondateur-qui fut aussi maire de cette ville.



C'est un lieu de promenade très  apprécié, pour la flânerie ou pour l'intérêt scientifique qu'il offre .


Vivaces et  Fleurs annuelles fleurissent dans le jardin tandis que les deux serres présentent un  grand intérêt patrimonial


:On reste songeur devant un Encéphalartos, petit arbre qui existait sur terre il y a 100 millions d'années, d'une espérance de vie de 2000 ans et d'une hauteur estimée à 80  mètres .
Celui du parc Liais ne mesure qu'un mètre soixante dix, son tronc massif, torturé  et comme palmé fait penser aux monstres antédiluviens des films de science -fiction .
Ailleurs, végétation tropicales et   cactées sont un enchantement Parmi les arbres remarquables du parc  :une majorité d'arbres à feuillage persistant, notamment de nombreuses espèces provenant d'Amérique du Sud, d'Australie et de Chine (Eucalyptus, Gingko Biloba, Palmiers), Ligustrum ovalifolium (15 m),Quercus ilex( centenaire), Fagus sylvestrus

12 commentaires:

  1. Un petit Éden ou il doit être agréable de flâner.
    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  2. Tu me remets en mémoire ma visite de l'arboretum de Chèvreloup (< chèvres et lieu = ferme où étaient élevées des chèvres)
    Je reviens plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. je suis émerveillé par la diversité botanique..faut préserver !!

    RépondreSupprimer
  4. "astronome et passionné de botanique" c'étaient de beaux esprits à l'époque, n'est ce pas ?
    De plus "maire de cette ville"...

    RépondreSupprimer
  5. "grand intérêt patrimonial" tout à fait comme à Chèvreloup où les serres sont au service des collections de plantes botaniques. "Botanique" étant à opposer à "cultivar".

    RépondreSupprimer
  6. Je montrerai le gingko sur "Jardin de Marguerite", ainsi que (au hasard) le sorbier commun. Il est fait grand cas à Chèvreloup du pin Douglas que nous avons en détestation. Comme quoi tout dépend des circonstances et des conditions "d'élevage" comme il en est de ton Encéphalartos.

    RépondreSupprimer
  7. Voilà un endroit que j'aurais aimé visiter. Marguerite a photographié in Gingko à Belleville. Un arbre femelle semble-t-il, le seul qui fasse des fruits, enfin si on peut dire. Ils ressemblent à des mirabelles ovales et ont une étrange odeur. Marguerite en parlera sûrement dans son post.

    RépondreSupprimer
  8. Cela me fait penser aux jardins suspendus du Havre. Faudra que j'y retourne un jour.

    RépondreSupprimer
  9. Tu me donnes envie d'y retourner !!!!
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  10. Enitram, merci, à toi aussi.
    Quand rentres-tu ?

    RépondreSupprimer
  11. Des anthuriums geants! Magnifique.
    Un jardin que je mets bien vite sur ma liste de lieux a visiter.
    Les deux derniers Encéphalartos en Europe d'apres ce que je lis et deux femelles donc pas de possibilite d'engendrer, dommage.
    Que de tresors dans ce jardin!

    RépondreSupprimer
  12. Cergie: Un esprit complet qui impose le respect.
    Thérèse: cette singularité que tu soulignes renforce le sentiment de petitesse ressenti devant ce specimen des âges primitifs...

    RépondreSupprimer