Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, juin 30, 2018

L'emprise du jean (1)


Quatrième édition de Mougins Monumental, qui transforme les rues du village  en musée de plein air.

L'an dernier, volumes et abstraction  avaient droit de cité .
Liens personnels  ici, là,



En 2018, déambulons en compagnie des jeans de l'artiste Tomek à la fois surréalistes et hyperréalistes.



Rue de l'église 








mardi, juin 26, 2018

« Ouvriers », « familiaux », "collectifs" «partagés »

   Trois qualificatifs pour des jardins qui, sans être publics,  n'appartiennent pas en propre à leurs  utilisateurs .

             
Des synonymes ?
Pas tout à fait.

Ces adjectifs qualifiant des jardins  s'inscrivent dans une histoire sociale et politique, comme le prouve cet intéressant article, ici , illustré de documents.



A l'origine
destinés aux ouvriers afin de les"détourner du cabaret" tout  en leur assurant une alimentation saine et bon marché,  ils concrétisent  de nos jours l'aspiration des citadins - tout  particulièrement des habitants de la région parisienne- à retrouver la campagne et les atouts du bio .

Combattre le stress, créer du lien social, tes sont les objectifs de la Fédération des jardins familiaux et collectifs .
 Lien   là 






     

 Pour les petits jardiniers, quel joie de récolter leur dessert , aussi naturel qu'appétissant !


...
"Rapidement, l’idée fait des émules notamment en région parisienne. La demande étant croissante, les surfaces mises à disposition ont explosé. Ainsi en 1904, la région parisienne ne comptait que 48 jardins ouvriers mais en 1913, on en recensait plus de 1500. En 1945, le mouvement des jardins ouvriers porté par les actions du Front Populaire notamment devient un vrai succès avec plus de 250 000 jardins ouvriers en France. En 1952, les jardins ouvriers prennent officiellement le nom de jardins familiaux. La loi votée cette année là inscrit  les jardins familiaux dans le cadre législatif du Code rural."

vendredi, juin 22, 2018

Port chinois (escapade vendéenne, 6 )

Etrange titre, n'est-ce pas ?

Quel rapport, me direz-vous, entre la Vendée et la Chine ?



Le port" chinois"du Bec, (ou de l'Epoids, sur les communes de Beauvoir et de Bouin)  n'a de chinois que ses embarcadères boisés inscrits depuis 1942 à l'inventaire des sites de la Vendée.








Et au large...

lundi, juin 18, 2018

Grandeur d'un petit port.

Le petit port pétrolier de Port-en-Bessin, improvisé quelques jours après le débarquement  a joué un grand rôle dans l'Histoire,  permettant l'approvisionnement en carburant des troupes alliées, dès le 16 juin 1944.
Article de Ouest -France ici 



















Au XIX ème siècle, ce petit port avait inspiré les artistes, parmi lesquels le peintre pointilliste Georges Seurat .
Articles ici et là 


Port-en Bessin, avant-port, marée haute, 1888


`Comme un artiste ! Casterman

vendredi, juin 15, 2018

Escapade vendéenne (5): A la plage



Le château de Noirmoutier comporte aussi un musée, évoquant les fouilles archéologiques, l'architecture, les guerres de Vendée, la marine et l'art.


Les oeuvres de Paul  Baudry et d' Ambroise  Baudry ont été pour moi une découverte.





L' exposition A-musée-vous, très pédagogique plongeait le visiteur dans l'ambiance des bains de mer. 
De très belles photographies du début du XX ème siècle montrait les sportifs de la plage des Souzeaux, dans des attitudes quasi chorégraphiques.

La plage des Dames avait connu le naturisme avant que le pudique  XIX ème siècle y mette  bon ordre !



Excellente introduction à une belle balade d'une plage à l'autre , dans les bois de la Chaize et sur 










Liens ici  et là

dimanche, juin 10, 2018

Le Hangar d'Ecausseville

Le hangar à dirigeables d' Ecausseville  a vu le jour en 1916.
Construit par la marine nationale, ses dirigeables servaient à escorter les convois alliés pour les protéger des sous-marins allemands.

150m de long, 14m.de Large, 30 M. de haut



Le hangar N° 2, en béton, ne sera terminé qu'en 1919. 
Pendant la seconde guerre mondiale, le hangar servira d'entrepôt  à l'armée allemande, pour la construction de mur de l'Atlantique. 



Ni les audio-guides, ni les panneaux explicatifs ne pourront remplacer un guide passionné par son sujet, comme celui qui a conduit cette visite, nous faisant revivre l'enfer du débarquement que vécut le canton de Mondeville  dès le 6 juin 1944.
La 4ème division américaine ne prendra la maîtrise du hangar que le 10 juin.

Selon un vieux dicton normand:"Qui tient Montebourg tient Cherbourg". 
D'où la farouche résistance allemande qui transformera la ville en champ de batailles où seront mêlés militaires et civils.
La ville en ruines ne sera libérée que le 19 juin.



Après la bataille, le hangar servira de centre d'entretien des véhicules de l'U.S. Army, et de dépôt de matériel.




Les lieux portent la trace  de ceux qui les auront occupés jusqu'à la fin de la guerre: graffittis des hommes du 105 TH bataillon de la 860 ème Ordonnance Compagny et  es prisonniers de guerre allemands.



Lieu d'histoire et de mémoire, le hangar propose diverses animations, en juillet et août, parmi lesquelles des démonstrations d'aéroplume .




Source:
Brochure   de l'association des Amis du Hangar à dirigeables d'Ecausseville (Montebourg)







jeudi, juin 07, 2018

Escapade vendéenne (4): le château



Depuis le Xème siècle, l'île de Noirmoutier a connu plusieurs attaques, comme dans le reste du royaume.


La peur des Normands a incité les seigneurs a édifier des lieux de défense.




                                 Pendant les guerres de Vendée, le château servit de prison.



     Il vit  se dérouler les événements tragiques de janvier 1794 avec de nombreuses exécutions dont celle du général vendéen d'Elbée sur la place d'Armes .




                        Le tableau du peintre Jules Le Blant  (1851-1904) représentant cette scène se trouve dans le château-qui est également un musée, fort intéressant.


Y est également exposé  le fauteuil sur lequel le général, blessé , fut transporté sur le lieu de son exécution.
..............................................................................................................................
Mort du général d’Elbée

C’était un froid matin de janvier. Sur la place.
De Noirmoutier nul bruit, que le bruit de la mer,
Et des pas mesurés faisant craquer la glace…
On sentait comme un vent de mort passer dans l’air.

C’est qu’en effet, dans l’île, un arrêt militaire
Vient d’être exécuté ce matin-là. Comprenez :
Trois Vendéens, couchés vers la terre,
Près d’un mur, sur le sol, ensanglantés.

Un quatrième, ceint de son écharpe blanche,
Front meurtri, bras pendants, est assis au milieu.
Sur un large fauteuil. Sa tête qui se penche
Semble à ses compagnons dire un dernier adieu.

Sur lui plus d’un regard tombe à la dérobée.
Les soldats qui s’en vont, pâles, presque tremblants.
Se le montrent des yeux et disent : « C’est d’Elbée !
Le blessé de Cholet ! Le général des Blancs ! »

Et bien, oui, c’est d’Elbée !… un généralissime !...
Mais pour qui la connaît la mort est sans effroi,
Et l’on peut de sa vie, alors, payer ce crime
D’avoir été fidèle à Dieu, comme à son roi !..

Maudits soient les combats et les guerres civiles
Qui font par les vaillants fusiller les héros,
Et qui, pour apaiser les hameaux et les villes,
Transforment, sans merci, des soldats en bourreaux !

 M. Adrien Dézamy

.................................................................................................................................................
Autres liens / Jules le Blant 
                  et là: vie et oeuvre (site très instructif )





samedi, juin 02, 2018

Escapade vendéenne 3 : ça ne manque pas de sel


  Aux yeux d'une habituée du  bocage normand, les marais salants vendéens dépaysent et charment, tandis que le paludier, si petit dans ce paysage, impose le respect.


Imaginons- les couleurs du soleil couchant se reflétant dans les oeillets .



Article de Géo sur l'histoire de la route du sel en Vendée et en Bretagne