mercredi, décembre 06, 2023

Au Musée d'Utah Beach

Photo prise le 9 novembre 2023 à 14h. Une semaine après la tempête qui a sévi en France.

Le temps était encore trop pluvieux et venteux pour pouvoir faire des photographies à l'extérieur.

https://utah-beach.com/

ou 

Sainte-Marie-du-Mont (lien ici

Construit à l’endroit même où les troupes américaines ont débarqué le 6 juin 1944, le musée raconte en dix séquences les événements du Jour J, depuis sa préparation jusqu’à son aboutissement et son succès.




Première plage prise d’assaut par les Alliés au matin du 6 juin 1944, Utah Beach a été choisie pour établir une tête de pont dans le Cotentin afin de prendre la ville de Cherbourg et son port en eau profonde.
A la fin de la journée, plus de 23 000 soldats américains ont débarqué pour livrer un combat titanesque et libérer la France.
Le musée du Débarquement de Utah Beach préserve, aujourd’hui, la mémoire de ces hommes.




Ce site  historique a été choisi, le 9 novembre 2023, pour remettre le 60 ème prix littéraire du Cotentin                                                                                        à
                                                                         Hugo Boris 

                                                       auteur du roman Débarquer  (Grasset)

Dans cette histoire, deux époques se télescopent, la nôtre et celle de juin 44, deux solitudes se rejoignent, celle d'une jeune guide, Magali, celle d'Andrew, vétéran  revenu sur les lieux de l'Histoire , deux sentiments de culpabilité se confrontent.

Le style haletant-quasi *cinématographique- nous plonge dans l'enfer du Débarquement, et dans l'esprit tourmenté des protagonistes.

*Un projet d'adaptation filmique est d'ailleurs en cours.

lien ici 

  

Le lauréat, accueilli par Monsieur Charles de Vallavieille, maire de Sainte-Marie du Mont 
en compagnie de Claude Godefroy, secrétaire -trésorier du jury du prix du Cotentin
et de Madame Catherine Brunaud-Rhyn, représentante du conseil départemental de la Manche


Ce roman, a expliqué le lauréat,  est le fruit d'une série de heureux hasards:

-une conversation avec son oncle au sujet des sites mémoriels , du Débarquement
-une visite in situ
-une rencontre avec une guide, à Bayeux qui lui a fait percevoir combien ce métier est prenant
-une résidence au musée d'Utah Beach pour s'imprégner des faits historiques.

Et ce 9 novembre, la boucle est bouclée avec la remise du prix sur le lieu qui l'a inspiré, devant un public nombreux, parmi  lequel se trouve la guide qui a servi de modèle au personnage principal de son livre!




Françoise Hamel, écrivaine et nouvelle présidente du prix du Cotentin a résumé l'intrigue du roman dont elle a souligné l'humanité et les qualités d'écriture. 

Elle a également rendu hommage à Gilles Perrault, écrivain engagé,  qui à résidé à Sainte-Marie-du-Mont de 1963 jusqu'à son décès le 3 août 2023..

Lien ici et là 




      Madame Catherine Brunaud-Rhyn a précisé que des affiches seraient distribuées dans toutes les bibliothèques publiques afin de promouvoir le roman d'Hugo Boris spécifiant que  celui-ci serait le 
 bienvenu pour présenter  son travail à des jeunes lecteurs, dans les collèges, lycées, médiathèques, ceci dans le cadre d'actions de valorisation  de la lecture, chères au conseil départemental de la Manche .


     Au cours de la séance de dédicaces qui a suivi, le  roman était entouré  du bandeau rouge à l'effigie du prix littéraire du Cotentin.


Et, nous a récemment indiqué Hugo Boris, un nouveau tirage en livre de poche arbore une couverture qui met en valeur notre prix. 





     Un bonheur ne venant jamais seul, l'heureux auteur nous a informés de la "résurrection "  chez Belfond, de son  roman policier La délégation norvégienne, qui nécessite un coupe-papier pour lire les dernières pages, collées par l'éditeur  pour le pas déflorer la  résolution de l'énigme !


M.S

Article du journal Ouest -France ici 

12 commentaires:

  1. Thérèse de Tlse8:49 AM

    On dirait que "Débarquer" vient pour relancer le devoir de mémoire parmi les lecteurs. Parfait comme prix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En avance sur les futures commémorations de 2024: le 80 ème, au cours duquel les vétérans se feront rares.

      Supprimer
  2. cette mémoire a besoin d'être entretenue...la société est partie pour une course en avant se moquant du passé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Normandie s'y emploiera pour le 80 ème.

      Supprimer
  3. Voilà un livre que j'ai noté sur la liste de ceux que j'ai envie de lire. Un devoir de mémoire qu'il faut sans cesse raviver. Cela me fait penser aux actes antisémites qui se multiplient ici et là, comme si l'être humain n'est pas capable de comprendre les affres du passé. Quant au coupe-papier qui accompagne la lecture, c'est étonnant! Bises alpines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, un cadeau pour Noël, et un geste "engagé"
      Le coupe-papier est le mien! Il n'est pas joint au livre, je le précise!

      Supprimer
  4. Anonyme8:23 AM

    Dernière visite de ce musée ce printemps dernier et nous l'avons fait découvrir à Belle Soeur et Beau Frère. J'y avais acheté quelques souvenirs à l'attention de mon Amie Américaine, ils sont près à partir pour arriver à Noël.
    C'est un livre qui devrait me plaire et il se peut que le roman policier aussi.
    Ces musées, Sainte Mère Eglise et celui d'Omaha sont à visiter pour que jamais ce qui s'est passé sur ces plages ne tombent dans l'oubli.
    Bon Dimanche Miss Yves !
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens de tes billets sur ces visites.

      Supprimer
  5. Anonyme7:23 PM

    Je me joins aux copines qui me précèdent dans les commentaires pour applaudir ce nécessaire effort de mémoire. Ce sont les écrivains, les artistes qui souvent sont bien plus efficaces que les "officiels" de la politique et autres personnalités pour introduire une réflexion, un changement ; pour "rafraîchir" la mémoire si nécessaire en ces temps difficiles.
    fifi

    RépondreSupprimer
  6. Et ce sont les artistes qui se retrouvent ciblés parce qu'ils dérangent.

    RépondreSupprimer
  7. Ne pas déflorer la fin de l'histoire ! Maintenant on dit spolier mais c'est bien moins joli. L'Histoire on la connait plus ou moins bien, heuruesement qu'il existe des musées, et des écrits pour en garder la trace
    Heureux Noël, Miss_Yves et famille !

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme10:48 PM

    J’aime bien le mot valise « divulgâcher ».

    RépondreSupprimer

Il a neigé

                                                   ....à cinq heures du matin, le 8/01/24                                                   ...